Un élu du PPS écope de trois ans de prison pour dilapidation de deniers publics

17 décembre 2021 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

La chambre des crimes financiers de la cour d’appel de Casablanca a condamné Abdessamed Khannani, député du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et président de la commune de Boujniba, à trois ans de prison ferme pour dilapidation de deniers publics et détournement de fonds.

Il est reproché à Abdessamed Khannani d’avoir exonéré, indûment, des citoyens du paiement de la taxe sur les terrains non bâtis, accaparé des terrains communaux qui étaient réservés à la construction d’un complexe sportif à Boujniba pour les transformer en lotissements qu’il a partagés avec ses associés, rapporte Al Akhbar. La cour des comptes avait par ailleurs relevé des dysfonctionnements dans le dossier de la réfection de l’abattoir de la ville.

À lire : Maroc : un élu arrêté pour vol dans un magasin

Le président de la commune de Boujniba (Khouribga) avait été auditionné et interrogé par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) suite à des soupçons d’irrégularités. L’Association marocaine pour la protection de l’argent public s’est constituée partie civile, et son avocat a formulé une requête au tribunal pour demander la saisie de tous les biens fonciers et mobiliers de l’accusé conformément à la circulaire diffusée, le 13 décembre 2019, par le président du ministère public. Il est demandé, à travers cette circulaire, aux procureurs généraux et aux procureurs du roi dans les tribunaux de première instance d’appliquer cette loi avec rigueur et fermeté.

À lire : Maroc : un élu condamné à mort pour le meurtre de quatre personnes

Le procès s’est ouvert devant la chambre des crimes financiers près de la cour d’appel de Casablanca, mais Abdessamed Khannani a brillé par son absence à neuf reprises. Lundi, le verdict est tombé : l’élu PPS a écopé d’une peine de prison de trois ans ferme assortie de 40 000 DH d’amende.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) - Prison - Boujniba

Aller plus loin

Maroc : un élu condamné à mort pour le meurtre de quatre personnes

Un élu du Parti Authenticité et Modernité (PAM) vient d’être condamné à la peine de mort par la chambre pénale de la Cour d’appel de Kénitra. L’homme était poursuivi pour avoir...

Meknès : quatre fonctionnaires en prison pour dilapidation de deniers publics

Quatre fonctionnaires accusés de malversations financières à Meknès, ont été condamnés mardi par la cour d’appel de la ville à un an de prison dont 4 mois avec sursis.

Fès : trois présidents de communes devant la justice pour détournement de fonds

Trois présidents de communes, tous membres du parti Rassemblement national des indépendants (RNI), ont été présentés devant la Chambre des crimes financiers près la Cour d’appel...

Fès : un parlementaire USFP devant la justice pour spoliation

Accusé par ses frères et une sœur d’avoir falsifié des écrits officiels, avec la complicité d’un notaire, pour s’emparer de l’héritage familial, un parlementaire élu à Al...

Ces articles devraient vous intéresser :

Khalid Naciri, ancien ministre marocain, s’éteint à l’âge de 77 ans

Khalid Naciri, ancien ministre de la Communication sous le gouvernement El Fassi et l’un des dirigeants du Parti du progrès et du socialisme (PPS), est décédé mercredi soir dans une clinique à Rabat à l’âge de 77 ans. Diplomate et communicant émérite,...

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Lenteur d’Internet au Maroc : les critiques d’un député

Le député Ahmed Abbadi du groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) à la Chambre des représentants a dénoncé le faible débit de la connexion Internet dans plusieurs villes et régions du Maroc, imputant la responsabilité de cette...