Utilisation du meurtre de sa fille dans un film : Leila Ghofrane s’indigne et menace

4 mars 2024 - 17h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

La chanteuse marocaine Leïla Ghofrane n’a pas caché son indignation suite à l’exploitation de l’histoire du meurtre de sa fille, Hiba Al Akkad, dans un film, se réservant le droit de poursuivre en justice toute œuvre cinématographique ou artistique qui ferait allusion à cette affaire.

Leila Goufrane a fait savoir qu’elle n’accepterait jamais que ce film aborde l’affaire du meurtre de sa fille, surtout si les faits y sont relatés de manière à porter atteinte à la réputation de cette dernière. Dans une déclaration à la revue « Sayidaty », l’artiste marocaine a menacé de porter plainte contre les producteurs de ce film si ses soupçons venaient à être confirmés.

Le film en question raconte l’histoire du meurtre de plusieurs étudiantes avec un accent particulier mis sur la mère de l’une d’elles qui est danseuse, a indiqué pour sa part le scénariste égyptien, Mohamed El-Ghaiti, qui a rédigé le scénario du film, assurant qu’il ne s’agit pas d’une reconstitution du meurtre de la fille de l’artiste, survenu en Égypte en 2008.

À lire : Egypte : Laïla ghofrane s’écrie « Vive Al-Sissi » après la pendaison du meurtrier de sa fille

La dernière partie du film présente le procès de l’étudiante Naira, tuée par un camarade d’amphi en 2020. Lors de cette scène, les propos prononcés par Bahaa El-Marry, le président du tribunal de Mansoura, ont été repris mot pour mot avant que le meurtrier ne soit condamné à la peine de mort.

Pour rappel, Hiba Al Akkad, la fille de Laïla Ghofrane, ainsi que son amie égyptienne, Nadine Khlad Jamaleddine, avaient été assassinées en novembre 2008 dans un appartement de la banlieue résidentielle de la capitale égyptienne. Le meurtrier, Mahmoud Sayed Abdel Hafed Issawi, un menuisier âgé de 19 ans, avait été condamné en 2010 à la peine de mort. Il a été exécuté par pendaison le 19 mai 2014.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Egypte - Homicide - Leila Ghofrane

Aller plus loin

Le meurtrier de Hiba Al Akkad jugé en mai

Mahmoud Sayed Abdelhafid, le meurtrier de Hiba Al Akkad, la fille de Leila Ghofrane, sera jugée en appel le 9 mai prochain au Caire (Egypte).

Egypte : Laïla ghofrane s’écrie « Vive Al-Sissi » après la pendaison du meurtrier de sa fille

La chanteuse marocaine Laïla ghofrane est « aux anges » après la mise à mort du meurtrier de sa fille et d’une de ses amies égyptiennes. En effet, ce dernier a été exécuté le 19...

Le meurtrier de Hiba Al Akkad condamné à mort

Mahmoud Sayed Abdelhafed, le meurtrier de Hiba Al Akkad, fille de Leila Ghofrane, et son amie égyptienne, Nadine Khaled Jamaleddin, a été condamné mercredi dernier à la peine de...

Pendaison en Egypte du meurtrier de la fille de la chanteuse marocaine Laïla ghofrane

Jeudi 19 mai a été exécuté par pendaison le meurtrier de la fille de la chanteuse Laïla ghofrane et également meurtrier d’une de ses amies égyptiennes. Le crime s’était produit...

Ces articles devraient vous intéresser :

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.