Youssef Jalili condamné pour diffamation envers le ministre Abdelkader Amara

17 juin 2013 - 18h20 - Maroc - Ecrit par : Fouad Boumnadel

Youssef Jalili, directeur de la publication de l’hebdomadaire Al-An, a été condamné lundi à deux mois de prison avec sursis et une amende de 50.000 DH pour diffamation envers Abdelkader Amara, ministre de l’Industrie et du commerce.

Dans un article publié en 2012, Jalili affirmait, "preuves à l’appui", qu’Amara avait organisé un dîner privé avec du champagne pour une valeur de 10000 DH, lors d’un déplacement officiel au Burkina Faso.

Le ministre avait nié dans un communiqué ces accusations et avait décidé de porter l’affaire devant la justice pour "rétablir son honneur et sa réputation bafoués".

La copie de facture présentée par Youssef Jalili en tant que preuve contre Amara serait falsifiée, selon le ministre, qui avait accusé des adversaires hostiles au PJD de le combattre pour certaines décisions prises au sein de son département.

Lors du procès, Jalili a nié avoir accusé le ministre de consommation d’alcool, mais a affirmé détenir d’autres preuves, tout en refusant de les dévoiler pour protéger ses sources.

Youssef Jalili devra également verser 1 DH symbolique et publier la décision du tribunal dans quatre journaux nationaux. Le journaliste a décidé d’interjeter appel.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Liberté d’expression - Abdelkader Amara - Youssef Jalili

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.