Maroc : une Youtubeuse en prison, sa mère en appelle au roi Mohammed VI

11 décembre 2023 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le tribunal pénal de Casablanca a ordonné le placement en détention de Naïma El Jouk à la prison locale “Oukacha”. La Marocaine publiait de nombreuses vidéos personnelles, parfois critiques envers les autorités, sur YouTube.

Cette arrestation fait suite à des accusations d’offense aux constantes et symboles de l’État marocain. Les autorités ont réagi suite à une vidéo publiée sur les réseaux sociaux où El Jouk critiquait la hausse des prix et la cherté de la vie au Maroc, des propos jugés offensants pour l’État.

A lire : Un Tiktoker arrêté pour offense au roi Mohammed VI

La vidéo en question, qui a été vue des dizaines de milliers de fois, n’a, semble-t-il, pas plus aux autorités. Cette arrestation intervient alors que Naïma El Jouk avait déjà connu des démêlés avec la justice dans le passé. Sa mère, qui se dit profondément affectée, a lancé un appel au roi Mohammed VI, implorant sa clémence et évoquant l’état de santé précaire et la fragilité mentale de sa fille, qu’elle considère inconsciente des conséquences de ses déclarations.

Selon le Code pénal marocain, les offenses à la personne du roi, au prince héritier ou à tout membre de la famille royale sont passibles d’une peine de prison d’un à cinq ans et d’une amende jusqu’à mille dirhams (Article 179). De plus, l’article 263 établit des sanctions pour toute insulte envers les membres du pouvoir judiciaire, les fonctionnaires publics ou les forces de l’ordre, incluant des peines de prison et des amendes variables.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Prison - Youtube - Prison d’Oukacha

Aller plus loin

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du...

Lartiste, Marwa Loud et la sorcellerie : les troublantes révélations du youtubeur Nabil

Après avoir enquêté sur les relations conflictuelles entre Lartiste et Marwa Loud en 2019, le youtubeur Nabil a récemment révélé que la chanteuse marocaine aurait eu recours à...

Nouveau report du procès de la youtubeuse Fatiha et son mari

Le tribunal de première instance de Témara a décidé une nouvelle fois de reporter le procès de la youtubeuse Fatiha et son mari, poursuivis depuis le 7 octobre dernier pour...

Une influenceuse marocaine risque des ennuis après s’être moquée du Coran

Les informations selon lesquelles « Mi Naima, Youtubeuse marocaine, connue pour ses vidéos provocantes et polémiques, est visée par une enquête après la diffusion d’une vidéo...

Ces articles devraient vous intéresser :

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.