Abdelmajid Mehdi, une vie misérable... et un triomphe au Palais de Tokyo

5 mai 2024 - 09h00 - France - Ecrit par : P. A

Abdelmajid Mehdi, artiste plasticien spécialiste du cosmos et de l’univers, s’accroche à son art en France. Non sans difficultés. Le septuagénaire d’origine marocaine, qui vit dans la précarité, expose depuis février ses œuvres au Palais de Tokyo à Paris.

Né en 1950 à Taza au Maroc alors sous protectorat, Abdelamjid n’avait que 6 ans lorsque le royaume accédait à l’indépendance en 1956. « C’était ma première année d’école », raconte-t-il à Jeune Afrique. Après les classes, il passait du temps dans le commerce tenu par ses parents. C’est là que son père, qui n’était pas dessinateur, lui a donné le goût du dessin. Il a développé cette passion au fil des ans, suscitant l’admiration des enseignants et de ses camarades de classe au collège. En 1964, à 14 ans, il exposait ses premières œuvres « à la deuxième ou troisième foire de Taza ».

À lire : 25 ans en France, un doctorat mais pas de titre de séjour : la situation précaire d’un Marocain

Dans la foulée, son père part travailler en France. Puis en 1970, une délégation française de l’Office national de l’immigration arrive à Taza pour recruter des jeunes souhaitant travailler en France. C’est ainsi qu’Abdelmajid a rejoint le nord de la France, près de Lille, après avoir passé avec succès des tests psychotechniques et une visite médicale à Casablanca. Après avoir travaillé en tant qu’ouvrier dans une usine de chiffons et dans une usine de PVC pendant dix ans, Abdelmajid Mehdi a décidé en 1980 de suivre une formation pour devenir métreur, dessinateur et architecte.

La vie du Marocain n’a pas été des plus paisibles. En 1990, alors qu’il travaillait comme dessinateur dans une entreprise de Courbevoie, il dormait dans sa voiture et dans son bureau. Un jour, dans le mois de mars de cette année-là, en plein ramadan, les policiers l’expulsent. Ils « sont arrivés à quatre, ils m’ont traîné dans le froid, la pluie, la boue. J’ai crié tellement c’était un moment douloureux pour moi. Ils m’ont collé un attentat à la pudeur sur le dos et j’ai été psychiatrisé. C’est mon patron qui m’a sorti de là. Entre-temps, les autorités de la ville ont brûlé mes travaux, mes dossiers, mes recherches artistiques ».

À lire : France : un SDF marocain en prison pour une série de cambriolages

Traumatisé par cet épisode, Abdelmajid retourne au Maroc où il passe quatre ans avec sa famille. Il reviendra dans l’Hexagone dix jours avant l’expiration de son titre de séjour. « C’était l’année de la mise en place du RMI, j’ai touché cette allocation et je me suis dit que j’allais pouvoir me réinsérer ». Sa vie prendra un autre tournant lorsqu’il rencontre Sherazade dans un supermarché. « […] Quand j’ai vu là où il habitait, j’ai décidé de faire une vidéo sur les réseaux sociaux afin d’interpeller les associations et les autorités. Celle-ci a vite tourné », résume la jeune femme.

Leïla Amrouche, reporter pour Brut, contacte ensuite Abdelmajid. Après la diffusion de sa vidéo sur l’artiste, elle a « appris que le Palais de Tokyo et Mohamed Bourouissa étaient à la recherche de Monsieur Mehdi depuis dix ans ! » C’est ainsi que depuis février dernier et jusqu’au 30 juin, le septuagénaire expose une vingtaine de ses œuvres dans ce centre d’art à Paris, le plus grand d’Europe, dans le cadre de l’exposition « Signal » de l’artiste plasticien Mohamed Bourouissa. « Il faut garder l’espoir dans la vie. Même au fond d’un puits, il y a toujours quelqu’un qui peut vous envoyer le seau et la corde », a conclu Abdelmajid qui en 2022, vivait seul, dans une caravane insalubre à Vitry (banlieue sud de Paris).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - MRE - Immigration - Exposition - Taza - Paris

Aller plus loin

Villepinte : le beau geste d’un Marocain envers les enfants et les sans abri

Avec son association Dans la Maison connue pour avoir porté secours et assistance aux personnes dans le besoin durant le premier confinement, Hamza Chikhi, un Marocain résidant...

25 ans en France, un doctorat mais pas de titre de séjour : la situation précaire d’un Marocain

Mohamed Nrabet, un Marocain résidant en France depuis 25 ans, vit « un calvaire au quotidien » depuis décembre dernier qu’il a appris n’être plus régularisé. L’homme de 54 ans...

France : un SDF marocain en prison pour une série de cambriolages

Un Marocain de 32 ans, sans domicile fixe, mais souvent localisé à Figeac, a été arrêté mercredi au volant d’une voiture volée. Présumé auteur de cambriolages de plusieurs...

France : un septuagénaire marocain sauvagement assassiné à Pau

Encore sous le choc du meurtre de son père, un Marocain de 71 ans, poignardé à mort fin avril à l’Ousse-des-Bois, sa fille cherche à comprendre les mobiles de ce meurtre d’une...

Ces articles devraient vous intéresser :

MRE : voici ce qui est interdit d’importer au Maroc

Chaque année, des millions de MRE rentrent au Maroc, notamment durant les vacances d’été. Par tradition, ils apportent des cadeaux pour la famille. Mais attention : la douane veille sur certains produits interdits ou d’autres qui nécessitent une...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Un nouveau service pour les MRE

Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération africaine simplifie une fois de plus la vie des Marocains résidant à l’étranger (MRE) en mettant en place une nouvelle procédure pour la délivrance des « Prestations consulaires de proximité »...

Les Marocains du monde ont transféré 110 milliards de dirhams en 2022 (+16,5%)

Les transferts d’argent effectués par les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont connu une augmentation significative en 2022, selon les données publiées par l’Office des Changes.

Aide au logement : gros succès auprès des MRE

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) figurent parmi les 8 500 bénéficiaires du nouveau programme d’aide au logement lancé par le roi Mohammed VI en octobre dernier.

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Bonne nouvelle pour les MRE : augmentation de la franchise (document intégral)

L’accueil des Marocains Résidant à l’Étranger (MRE) s’est peu à peu amélioré ces dernières années, bien que des améliorations supplémentaires soient nécessaires, indique la douane marocaine dans son document dédié à l’opération Marhaba 2023. Voici les...

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Aide au logement : succès auprès des MRE

Près d’un quart des potentiels bénéficiaires de l’aide au logement sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Les inscriptions ont démarré le 1ᵉʳ janvier.