Acciona propose 30 millions d’euros pour racheter l’usine de dessalement d’Agadir

11 janvier 2023 - 14h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Acciona a soumis une offre pour racheter l’usine de dessalement d’Agadir au Maroc. Le géant danois Arnold Peter Møller et Técnicas Reunidas ont aussi manifesté leur intérêt pour cette usine construite et gérée par Abengoa, en faillite.

Le juge va examiner toutes les offres pour tenter de sauver Abengoa de la faillite. Le conseil d’administration de la firme a choisi Urbas comme meilleure offre et a présenté son dossier au juge qui a néanmoins ouvert une période pour permettre à d’autres investisseurs de soumettre leurs offres de rachat de la firme pour préserver ses plus de 9 000 emplois et son siège à Séville. C’est ainsi que les sociétés RCP, Ultramar et Cox Energy ont déposé leurs offres, rapporte Cinco Dias.

À lire : L’espagnol Abengoa se désengage de l’usine de dessalement d’Agadir

Mais à côté de ces offres à 100 %, d’autres sociétés ont opté pour des rachats partiels. C’est le cas d’Acciona qui n’est intéressée que par l’usine de dessalement du groupe andalou, située à Agadir. Acciona offre environ 30 millions d’euros pour racheter ce site et apprécie particulièrement la durée de 30 ans de la période de concession accordée à Abengoa en juin. Le géant danois Arnold Peter Møller et Técnicas Reunidas ont également soumis une offre pour cette même usine de dessalement.

À lire : Trois entreprises espagnoles présélectionnées pour la construction de l’usine de dessalement de Casablanca

Tous les investisseurs ayant soumis une offre pour sauver Abengoa de la faillite, ont désormais un délai de cinq jours ouvrables pour fournir toute la documentation nécessaire au tribunal. Ils auront en outre trois jours pour améliorer leurs propositions avant que le juge ne retienne la meilleure offre, en collaboration avec l’administrateur judiciaire.

Sujets associés : Espagne - Agadir - Eau

Aller plus loin

Le Maroc veut construire une vingtaine d’usines de dessalement d’eau de mer

Le Maroc prévoit d’installer une vingtaine d’usines de dessalement d’ici 2030 pour faire face aux problèmes liés au manque d’eau, a annoncé le ministre de l’Équipement et de...

Trois entreprises espagnoles présélectionnées pour la construction de l’usine de dessalement de Casablanca

Les sociétés espagnoles Acciona, Abengoa et Lantania font partie des trois groupes qui ont été présélectionnés pour la construction d’une grande usine de dessalement dans la...

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une...

Casablanca : Acciona construira la plus grande usine de dessalement d’Afrique

Acciona s’est vu attribuer le contrat de construction, de gestion et de maintenance de la grande usine de dessalement de Casablanca, d’une capacité de 548 000 mètres cubes par...

Ces articles devraient vous intéresser :

La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le Maroc est menacé par le « stress hydrique », des déficits pluviométriques réguliers et la sécheresse, a alerté la Banque mondiale qui souligne que ces facteurs auront « à long terme » un impact « grave » sur l’économie du royaume.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Maroc : le hammam, un plaisir de plus en plus cher

Face à la sécheresse, les autorités marocaines ont décidé de frapper fort. Depuis le mois dernier, les stations de lavage et les bains, traditionnels et modernes, sont contraints de fermer trois jours par semaine. Une décision qui fait grincer des...

La prochaine récolte d’olive au Maroc menacée

La prochaine récolte d’olives au Maroc est très menacée en raison de la grave sécheresse qui frappe le royaume.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Maroc : du changement dans le paiement des factures d’eau et d’électricité

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch poursuit le chantier de modernisation des services publics. Le paiement des frais d’eau et d’électricité aura des nouveautés à partir du 1ᵉʳ janvier 2024.