Agadir : Barrages à sec, le secteur agricole menacé

29 novembre 2020 - 08h00 - Economie - Ecrit par : J.K

Le stress hydrique est réel à Agadir, première région exportatrice d’agrumes et de primeurs. Même si l’économie marocaine tient pour une grosse part au développement du secteur agricole, la situation actuelle impose une privation d’irrigation des fermes de la région par les barrages, afin de subvenir à la demande en eau potable de la population.

Détourner l’eau des barrages qui alimentent les fermes de la région d’Agadir Souss-Massa, c’est l’unique solution trouvée par les autorités, pour permettre à près d’un million de Marocains l’accès à l’eau potable face à la sécheresse qui sévit depuis trois ans et qui impacte fortement les ressources hydriques, fait part geo.fr.

«  Ces arbres ont près de 20 ans, ils sont morts, il n’y a plus d’eau  », déplore Ahmed Driouch devant les orangers flétris d’une ferme près d’Agadir.
Le taux de remplissage des barrages à l’échelle nationale avait atteint 37% fin octobre 2020, contre 45,6% à la même période en 2019. Mais à Agadir, première région exportatrice d’agrumes et de primeurs, «  le déficit en eau de surface est de 94%  », s’inquiète Abdelhamid Aslikh, responsable de l’agence des bassins hydrographiques pour la région.

Par ailleurs, depuis début octobre, le stress hydrique a atteint un niveau inquiétant au point où l’eau des robinets est coupée entre 22h et 5h du matin à Agadir, et a permis d’économiser 20% de l’eau gaspillée la nuit. Outre cette mesure, «  l’irrigation des terrains de golf et des jardins d’hôtels avec l’eau potable est interdite au profit de l’utilisation des eaux usées traitées  » et bien d’autres mesures, qui concernent également les régions de Marrakech et El Jadida, a précisé le ministère de l’Agriculture, soulignant que les coupures continueront jusqu’à ce que «  les réserves des barrages s’améliorent  ».

Désormais, les autorités se focalisent sur le démarrage, en avril 2021, d’une usine de dessalement de l’eau de mer, afin de combler le déficit en eau potable de la région et faciliter l’irrigation d’une grande partie des terres agricoles.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Agadir - Eau - El Jadida - Santé - Agriculture - Menaces

Aller plus loin

Maroc : alerte sur la disparition des oasis

Dans les régions arides du Sud-est du Maroc, les oasis, autrefois verdoyantes, sont menacées de disparition avec l’avancée du désert.

Le Maroc va-t-il rationner l’eau ?

Malgré les nombreuses dispositions prises par les autorités, le Maroc ne pourra pas échapper à un stress hydrique aigu. La disponibilité d’eau est bien en dessous du seuil...

Le réchauffement climatique peut entrainer des "dommages irréversibles" au Maroc

Les pays de la région méditerranéenne, dont le Maroc, pourraient être exposés à des "dommages irréversibles" en raison de la forte température qui y règne.

Des oasis ancestrales menacées d’extinction dans le sud du Maroc

Le dérèglement climatique touche les oasis ancestrales, fiertés touristiques dans le sud du Maroc. Aujourd’hui, dans cette partie du royaume, il faut creuser plus de 40 mètres,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Ultimatum pour Veolia au Maroc après la fusion avec Suez

Au Maroc, Veolia, géant français de l’eau et de la gestion des déchets, est dans de sales draps. À l’origine de ses ennuis, la cession de la Lyonnaise des eaux de Casablanca (Lydec), ex-filiale marocaine de Suez chargée de la distribution d’eau et...

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Maroc : du changement dans le paiement des factures d’eau et d’électricité

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch poursuit le chantier de modernisation des services publics. Le paiement des frais d’eau et d’électricité aura des nouveautés à partir du 1ᵉʳ janvier 2024.

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.