L’Algérie « vole » le malhoun marocain

30 mars 2021 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Des sites proches du régime algérien s’emploient à «  voler  » des productions marocaines du Malhoun, un patrimoine immatériel, civilisationnel et culturel du royaume en passe d’être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Hommes de lettres, artistes, intellectuels et universitaires marocains dénoncent cet acte.

D’une guerre diplomatique à une guerre culturelle ? Said El Miftahi, artiste et chercheur dans l’art du Malhoun affirme avoir constaté que certains sites proches du régime algérien et de ses généraux volaient des productions marocaines du Malhoun et changeaient les noms de leurs auteurs pour les attribuer à l’Algérie et présenter, par la suite, les œuvres artistiques à l’UNESCO, rapporte Assabah. Mécontents, ce chercheur et son confrère Abdelmajid Fennich, ainsi que bon nombre de Marocains, parlementaires, journalistes et chercheurs dans le patrimoine immatériel ont lancé signé une pétition pour dénoncer cet acte.

Said El Miftahi et Abdelmajid Fennich envisageraient de saisir la justice à travers une plainte qui serait déposée au nom de la société civile marocaine contre les auteurs de cet acte. La finalité serait d’identifier la main invisible derrière Cheikh Sidi Abdelaziz El Maghraoui, l’Algérien qui vole, sur les réseaux sociaux, le patrimoine immatériel marocain. Autre action : les signataires de la pétition ont décidé de protéger les droits des auteurs du Malhoun marocain, décédés il y a plus de 70 ans. Dans ce sens, ils entendent saisir l’Organisation internationale de la propriété intellectuelle.

Les pétitionnaires appellent par ailleurs le ministère de la Culture à œuvrer pour la protection du patrimoine immatériel du royaume et à sa promotion par l’organisation d’activités culturelles et de festivals, ainsi que par le développement de structures organisationnelles.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Droits et Justice - Unesco - Ministère de la Culture

Aller plus loin

L’armée algérienne s’en prend violemment au Maroc

Le ministère algérien de la Défense nationale a apporté un démenti formel aux informations selon lesquelles l’Armée nationale populaire (ANP) s’apprête à envoyer des troupes...

L’Algérie s’en prend à la carte du Maroc intégrant le Sahara

L’Algérie s’attaque à la carte du Maroc intégrant le Sahara adoptée par les États-Unis et d’autres pays. Elle appelle ses différents départements à peser de tout leur poids pour...

Offense au roi Mohammed VI : l’association des éditeurs charge une chaîne algérienne

L’Association nationale des médias et des éditeurs (ANME) a vivement réagi suite à l’attaque contre le roi Mohammed VI de la chaîne algérienne Echchourouk.

Nasser Bourita dénonce l’acharnement quotidien de l’Algérie (vidéo)

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains à l’étranger fustige l’acharnement de l’Algérie contre le Sahara devenu sa «...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Le Maroc veut inscrire le caftan sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Le Maroc s’active pour l’inscription du caftan sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Un atelier a été organisé en ce sens.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.