Figuig : la marche de solidarité aux agriculteurs marocains empêchée

18 mars 2021 - 18h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les forces de l’ordre ont empêché la marche de solidarité organisée, jeudi 18 mars, jour de l’ultimatum donné aux agriculteurs et propriétaires privés marocains pour évacuer les exploitations de champs de palmiers-dattiers sises dans la localité d’El Arja, province de Figuig située à proximité de la frontière entre le Maroc et l’Algérie.

Les habitants de Figuig ont déclaré jeudi 18 mars « journée de deuil et de grève générale » en guise de solidarité aux agriculteurs et propriétaires privés marocains sommés par l’armée algérienne de quitter les exploitations agricoles de champs de palmiers-dattiers sises dans la localité d’El Arja, province de Figuig, située à proximité de la frontière entre le Maroc et l’Algérie. Cette décision se justifie par une convention maroco-algérienne relative au tracé frontalier entre les deux pays signée en 1972.

Ils ont ainsi organisé une marche de solidarité pacifique dans la journée de jeudi. La mobilisation était à son comble. La marche avait pour point de départ le centre Figuig. Alors que les habitants de Figuig approchaient les terres d’El Arja, un important déploiement policier algérien a empêché le cortège de progresser. La coordination des habitants a dû appeler les participants à faire demi-tour en direction de la ville.

Cette crise entre Rabat et Alger a fait réagir le comité exécutif du parti de l’Istiqlal. « Le Comité condamne fermement les actions de provocation menées par les autorités algériennes à la frontière avec le Maroc près de la province de Figuig, à la suite de la publication d’une décision visant à empêcher les agriculteurs marocains d’accéder aux terres agricoles qu’ils exploitent, à partir du 18 mars », indique le PI.

De son côté, le Club des avocats au Maroc a pris fait et cause pour les paysans d’El Arja, déplacés de leurs terres sur ordre de l’armée algérienne. À l’en croire, des canaux de communication ont été ouverts avec les personnes concernées, afin de collecter toutes les données et documents pour étudier les options juridiques disponibles, afin de réclamer une indemnisation et de porter la question à la communauté internationale, par le biais de la justice africaine et la Cour internationale de justice.

Dans un communiqué, le club a expliqué que « la déclaration de résidents concernant l’exploitation de ces terres pendant plus de 30 ans en fait des acquéreurs de propriété » privée, conformément aux exigences de la loi. Pour étayer son argumentaire, il rappelle que l’article 827 du Code civil algérien prévoit que « celui qui exerce la possession sur une chose, mobilière ou immobilière, ou sur un droit réel mobilier ou immobilier sans qu’il en soit propriétaire ou le titulaire, en devient propriétaire si sa possession continue sans interruption pendant quinze ans ».

Sujets associés : Algérie - Agriculture - Figuig

Aller plus loin

Algérie : vers une issue favorable pour les agriculteurs marocains ?

Le gouverneur de la province de Figuig tente de trouver une issue favorable aux agriculteurs marocains sommés d’évacuer, jeudi 18 mars, les exploitations de champs de...

Figuig : les fermiers, victimes collatérales d’un conflit frontalier

Les autorités algériennes ont interdit aux fermiers marocains de la zone frontalière d’El Arja, d’exploiter les terres agricoles à compter du 18 mars. Ces derniers, lésés dans...

Figuig : comment comprendre la crise entre le Maroc et l’Algérie

L’ultimatum donné aux agriculteurs et propriétaires privés marocains pour évacuer les exploitations de champs de palmiers-dattiers sises dans la localité d’El Arja, province de...

Figuig : les agriculteurs ne décolèrent pas contre l’Algérie

Les agriculteurs de la province de Figuig touchés par la décision de l’Algérie de leur interdire l’exploitation de leurs terres, ne décolèrent pas. Cette semaine, ils ont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Maroc : les exportations d’huile d’olive ont augmenté de 47 % à fin août

Le volume des exportations marocaines d’huile d’olive a doublé par rapport à 2021, atteignant 13 200 tonnes en volume à fin août et 456 millions de dirhams en valeur, soit une hausse de 47 %.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Couverture sociale : un prêt de 3,1 MMDH de la BAD au Maroc

Le Maroc et la banque africaine de développement (BAD) ont signé deux accords de prêt pour le financement d’un projet de céréaliculture et la généralisation de la couverture sociale, portant sur un montant de plus de 3,1 milliards de dirhams.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.