Maroc : la tranquillité de l’oasis de Figuig menacée

27 mars 2021 - 23h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Les habitants de Figuig, une oasis historique enclavée aux confins du Maroc et de l’Algérie, font les frais des tensions entre les deux pays. Depuis le mercredi 17 mars, des militaires algériens ont été déployés pour bloquer les passages quotidiens des cultivateurs marocains, qu se disent dégâts collatéraux d’une guerre qui ne les concerne en rien.

« Cette terre, on la cultive de père en fils, depuis des générations », dit fièrement Abdelmajid Boudi, en montrant les jardins verdoyants de l’oasis de Figuig, vestiges de la grandeur passée de cet ancien carrefour caravanier en plein déclin, à la frontière du Maroc et de l’Algérie. A 62 ans, il vit depuis des années de la culture de ses dattes sur deux parcelles situées au cœur du « ksar » de Zenaga, un des quartiers de l’oasis, aux confins des montagnes de l’Atlas et du désert saharien. Dans les champs, la récolte des fruits se fait à la main. Les cultivateurs grimpent en haut des arbres pour travailler debout, en équilibre sur les palmes des dattiers, rapporte Challenges

En plus de la culture des dattes, Abdelmajib Boudi exerce aussi la fonction cruciale d’aiguadier. Il est chargé de la répartition de l’eau entre les abonnés, via un réseau complexe d’irrigation hérité du passé. Il ne se voit plus travailler ailleurs que sur ses terres, héritage ancestral. C’est le même refrain chez Rajae Boudi, qui est enseignante ailleurs mais revient toujours se ressourcer. « Les gens d’ici sont liés à leur terre, nos veines sont irriguées par nos racines », assure-t-elle.

Depuis quelques années, de nombreux habitants ont déserté l’oasis. Selon des études, « près du tiers des jardins sont en friche, près de la moitié de ses 2000 maisons anciennes sont dégradées ou en ruines ». Mais ce n’est pas pour autant qu’ils oublient de contribuer au développement de l’oasis. Selon Mustapha Lali, un historien élu à la municipalité de Figuig de 1992 à 2016, ils investissent fréquemment dans de nouvelles plantations de palmiers-dattiers autour du périmètre historique.

A Zenaga, la communauté est très soudée et vit à l’état naturel. Pour sortir, les femmes se drapent dans des haïks de coton blanc. À la saison des grands froids, les hommes portent des burnous de laine tissée à la main. La langue parlée est l’amazigh. « On a gardé notre langue, on a résisté à tout », souligne Mohamed Djilali, le président d’une association locale. Malheureusement, les différends diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie entraînent des expulsions de cultivateurs marocains de leurs « terres ancestrales » situées côté algérien, explique Challenges.

Il s’agit de 1 500 hectares de cultures desservies par le réseau électrique marocain et irriguées par pompage de la nappe phréatique qui viennent s’ajouter aux spoliations précédentes recensées par le Maroc depuis 1955 touchant 130 000 palmiers sur 2 000 hectares de terre répartis dans 23 secteurs frontaliers proches. « Les palmiers seuls font vivre les familles, cette nouvelle perte va aggraver la situation économique », s’inquiète, pour sa part, Mustapha Lali.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Expulsion - Figuig - Frontières Maroc - Algérie

Aller plus loin

Algérie : vers une issue favorable pour les agriculteurs marocains ?

Le gouverneur de la province de Figuig tente de trouver une issue favorable aux agriculteurs marocains sommés d’évacuer, jeudi 18 mars, les exploitations de champs de...

L’armée algérienne menace les agriculteurs marocains

Les services de sécurité algériens ont donné un ultimatum aux agriculteurs marocains pour évacuer jeudi 18 mars les exploitations de champs de palmiers-dattiers sises dans la...

Au Maroc, les oasis se meurent

Nombreuses sont les oasis qui sont en voie de disparition au Maroc à cause des sécheresses qui touchent le royaume. Certains assistent impuissants à la dégradation avancée de...

Le Maroc accuse l’Algérie d’avoir voulu saboter ses efforts pour la légalisation du cannabis

Chakib Al khayari, co-fondateur du collectif pour l’usage thérapeutique et industriel du Kif affirme que l’Algérie a voulu saboter les efforts du Maroc pour la légalisation du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).