Pas de liberté provisoire pour Ali Dinia

15 octobre 2014 - 17h13 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le tribunal de Benslimane a refusé, encore une fois, la remise en liberté d’Ali Dinia, accusé de la mort d’une jeune femme dans un accident de la route en août dernier.

Malgré la demande du procureur du Roi, le juge a refusé la remise en liberté et maintient donc en détention Ali Dinia , malgré son âge avancé, 78 ans, et son état de santé.

Une nouvelle audience devrait avoir lieu avant la fin de semaine, espère l’avocat de la famille, qui demande à ce que l’enquête soit complétée par les interrogatoires du gendarme qui a arrêté le camion, le témoin anonyme qui avait prévenu les gendarmes et la femme d’Ali Dinia, témoin clé puisqu’elle se trouvait dans le véhicule au moment de l’accident.

Le 15 août dernier, le véhicule de l’accusé, qui était en compagnie de sa femme et de ses petits-enfants sur l’autoroute Casablanca-Rabat, est violemment percuté par un camion se trouvant sur la troisième voie de autoroute. Son véhicule est éjecté de l’autre côté de l’autoroute et plusieurs voitures le percutent, dont une dans laquelle se trouvait une jeune femme de 23 ans, qui a perdu la vie.

Des témoins affirment que c’est le chauffeur de la semi-remorque qui est responsable de l’accident, mais la justice a tout de même décidé d’arrêter Ali Dinia le 26 août dernier, à sa sortie de l’hôpital.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Benslimane - Mohamed Ziane - Ali Dinia

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.