Opel : les employés allemands craignent une délocalisation au Maroc

31 octobre 2021 - 19h40 - Economie - Ecrit par : S.A

La probable délocalisation de la production au Maroc, le chômage partiel et la pénurie de semi-conducteurs ont poussé les salariés d’Opel, détenu aujourd’hui par PSA, à organiser une journée d’action et de manifestation sur les sites du constructeur en Allemagne, vendredi 29 octobre.

Répondant à l’appel du syndicat IG Metall, 50 000 salariés ont exprimé leur mécontentement vendredi dernier sur les sites d’Opel. Ils protestent contre le démantèlement du constructeur allemand. À l’origine de ce mouvement d’humeur, les actions menées par PSA, qui a racheté Opel il y a moins de cinq ans. Pénurie de semi-conducteurs, transferts de production vers d’autres sites, chômage partiel et les rumeurs persistantes sur une délocalisation de la production au Maroc, où le centre d’ingénierie et de production de Kénitra pourrait être agrandi… Autant d’actions qui fâchent les salariés.

À lire : Opel veut transférer des activités au Maroc

Les travailleurs s’inquiètent par ailleurs du sort réservé aux usines. Il est prévu qu’elles soient rattachées à des entités appartenant à Stellantis et non plus à Opel Automobile GmbH. Selon les syndicalistes, ce sont les signes annonciateurs de la fermeture des usines en Allemagne et d’une délocalisation à grande échelle de l’activité industrielle du constructeur allemand. « Les scissions et les délocalisations ne seront pas acceptées sans résistance », a prévenu Jörg Köhlinger, responsable d’IG Metall, expliquant que la restructuration juridique est surtout un moyen d’échapper au système de cogestion, qui impose aux grandes entreprises que 50 % des sièges du conseil de surveillance reviennent aux représentants des salariés.

À lire : La délocalisation d’activités de Stellantis au Maroc inquiète les salariés français

« Stellantis continue d’imposer des décisions sans consulter les structures de négociation collective, a affirmé le responsable syndical. La direction agit de manière opaque, ce qui alimente la peur des travailleurs ». Une crainte partagée par le syndicat chrétien CGM en Hesse. Ce dernier craint « que les sites de production allemands soient trop coûteux et qu’ils soient tout simplement vendus grâce à leur indépendance juridique ».

Sujets associés : Allemagne - Automobile - Opel

Aller plus loin

Opel veut transférer des activités au Maroc

Stellantis, la société mère d’Opel, pourrait transférer des emplois du centre de développement en Allemagne vers le Maroc. Le géant de l’automobile a évoqué le niveau élevé des...

Véhicules électriques : le Maroc fait les yeux doux à Stellantis

Le constructeur automobile Stellantis, sollicite l’aide du gouvernement espagnol pour installer l’une des quatre usines de production de véhicules électriques STLA. Le fabricant...

Opel va-t-elle s’implanter au Maroc ?

Opel aurait choisi le Maroc comme site de production d’un nouveau modèle de véhicule. Ce choix s’expliquerait par la politique de PSA qui vise à déployer la marque allemande...

La délocalisation d’activités de Stellantis au Maroc inquiète les salariés français

S’il est un sujet qui préoccupe les salariés français du groupe automobile Stellantis, c’est bien la délocalisation des activités au Maroc et en Inde pour des raisons de coûts...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : de bonnes perspectives pour le marché de l’occasion

Le projet de loi de finances (PLF) 2023 annonce une hausse de 33,36 % des recettes de droits de mutation (biens immobiliers, automobiles, etc.). Les perspectives semblent prometteuses pour le marché de l’occasion.

La première voiture 100 % marocaine présentée au public

Le roi Mohammed VI a présidé lundi au Palais royal de Rabat la cérémonie de présentation du premier véhicule d’un constructeur automobile marocain, ainsi que le prototype d’un véhicule à hydrogène développé par un Marocain résidant à l’étranger.

Les Marocains plébiscitent encore Dacia

Le Maroc a vendu 12 084 voitures neuves à fin janvier 2024, ce qui représente une hausse de 6,63 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon les données actualisées de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Du nouveau dans la gamme de la Citroën Ami fabriquée au Maroc

Une nouvelle version de la Citroën AMI « made in Morocco » est désormais commercialisée sur le site officiel du constructeur automobile français.

La voiture NEO « Made in Morocco » bientôt sur le marché

Le Maroc procèdera bientôt au lancement de NEO, la toute première voiture conçue et produite sur le sol marocain. Le véhicule a déjà validé les tests statiques et dynamiques au Maroc et à l’étranger. Le processus de son homologation est en cours.

Le Maroc, futur grand producteur de batteries pour voitures électriques ?

Le Maroc ambitionne de créer une gigafactory de batteries pour véhicules électriques. D’ores et déjà, il a engagé des négociations avec certains fabricants.

Du nouveau pour la NamX, la voiture à hydrogène créé par un Marocain

Le constructeur franco-marocain NamX dirigé par le Marocain Faouzi Annajah, en collaboration avec le carrossier italien Pininfarina, a dévoilé la technologie qu’il utilisera pour son NamX Huv, un nouveau véhicule à hydrogène révolutionnaire.

Norme « Euro 6 » : le patronat marocain demande un moratoire à l’Europe

Dans une demande formulée depuis juillet, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) demande du temps avant la mise en application de la norme antipollution dénommée « Euro 6 » déjà en vigueur en Europe et qui sera appliquée à partir de...

La production de voitures électriques «  assèche  » le Maroc

La production des métaux nécessaires à la fabrication des batteries ou moteurs des voitures électriques exige beaucoup d’eau. Une ressource qui se raréfie de jour en jour dans des pays comme le Maroc, déjà frappé par une sécheresse sévère.

Le Maroc, nouvel eldorado des batteries de voiture électrique ?

Le Maroc se donne les moyens pour devenir le prochain hub pour la batterie électrique. Il mise également sur l’expertise de Rachid Yazami, le scientifique marocain qui a inventé l’anode graphite pour les batteries lithium-ion.