Une amende très salée pour Poupette Kenza

17 août 2023 - 17h00 - France - Ecrit par : A.P

Poupette Kenza a annoncé mercredi être sous le coup d’une amende de 50 000 euros pour « pratiques commerciales trompeuses » en ligne. L’influenceuse française, qui a annoncé son intention de s’installer à Dubaï, se dit indignée et entend contester le montant de cette sanction.

La star des réseaux sociaux, suivie par 1,4 million d’abonnés, a publié sur son compte Snapchat un courrier de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) lui reprochant d’avoir diffusé une publicité pour la marque Crest 3D White sans mentionner son caractère commercial et « donné l’impression » que la vente du produit était « licite alors qu’il est interdit à la vente sur le territoire français », relaie Le Parisien.

À lire : Poupette Kenza, première victime de harcèlement religieux en France

Pour ces faits, la star des réseaux sociaux est contrainte de payer une amende de 50 000 euros et de diffuser le communiqué de sa sanction sur ses comptes Instagram, TikTok et Snapchat. « J’ai envie de vomir, c’est des gros voleurs. J’ai trop les nerfs, 50 000 euros d’amende comme ça, mais c’est une honte ! Ça m’a détruit ma soirée », s’est indignée sur Snapchat Poupette Kenza, précisant avoir été informée de l’arrivée d’une telle sanction « il y a une semaine ».

À lire : Poupette Kenza : de la célébrité à la déchéance

De son vrai nom Kenza Benchrif, la jeune femme de 23 ans avoue qu’elle ignorait que les produits Crest étaient interdits en France. « Crest, c’est trop bien dans tous les cas, ça blanchit les dents, Crest. Achetez-le mes poupettes, n’importe où », a renchéri Poupette Kenza, qui entend contester le montant de l’amende. Critiquée de toutes parts, l’influenceuse française a récemment quitté la France pour s’installer à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Fraude - Snapchat

Aller plus loin

États-Unis : un restaurant marocain en conflit avec l’influenceuse « Poupette Kenza »

Le restaurant marocain Dar Yemma basée à Astoria, aux États-Unis, est victime d’une campagne de harcèlement de la part de l’influenceuse française Kenza Benchrif, plus connue...

Poupette Kenza, première victime de harcèlement religieux en France

Critiquée de toutes parts, Kenza Benchrif, dite Poupette Kenza, la Rouennaise a décidé de quitter la France pour Dubaï, aux Émirats arabes unis, à la rentrée.

Poupette Kenza : de la célébrité à la déchéance

En France, Kenza Benchrif, dite Poupette Kenza, 23 ans, a connu des phases de gloire de déchéance qui ont entamé sa popularité. Excédée, la Rouennaise compte s’installer à...

Poupette Kenza : Polémique autour d’une cagnotte pour une association au Maroc

L’influenceuse Poupette Kenza, l’une des plus suivies du Snapchat français, est, depuis quelques semaines, au cœur d’une nouvelle polémique. Elle est accusée d’avoir promu puis...

Ces articles devraient vous intéresser :

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.