Amine Leknoun : mort sous les balles de la police

24 juin 2023 - 21h00 - France - Ecrit par : Bladi.net

Le 30 août 2022, Zineb Kerrad reçoit une visite inattendue qui bouleversera sa vie. Cinq policiers lui apprennent que son fils, Amine Leknoun, âgé de 23 ans, a été mortellement touché par le tir d’un membre de la brigade anticriminalité (BAC) de Tourcoing.

La prétendue légitime défense du policier, avançant avoir été menacé par le véhicule en fuite d’Amine, a été ensuite fragilisée par les premiers éléments de l’enquête médico-balistique. « Une famille complète est détruite,  » se lamente auprès de Libération Zineb, évoquant la profondeur du lien qui unissait ses enfants.

A lire : Camélia Jordana accuse les policiers de "massacrer" les arabes et les noirs

Amine, qui avait grandi à la Potennerie, un quartier populaire de Roubaix, dans le nord de la France, avait arrêté l’école tôt pour chercher du travail, selon son frère Mohamed. Le casier judiciaire du jeune homme comportait plusieurs affaires de vols et de stupéfiants, mais sa sœur Loubna met en avant le changement de comportement après ses 18 ans. Au moment de son décès, elle accouchait de son premier enfant, une joie entachée par le drame familial.

La famille Leknoun est dévastée par l’absence d’empathie et d’attention des institutions suite à ce drame. Ni la mairie de Roubaix, ni le procureur et les responsables policiers locaux ne les ont contactés. « La juge d’instruction a aussi refusé de nous voir et de nous donner accès à l’enquête. Elle disait qu’elle craignait des représailles contre le policier », relate Loubna. Après plus de six mois, la famille obtient enfin une audience en mars 2023. Zineb attend aujourd’hui de se retrouver face à l’agent Amaury D., mis en examen pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

A lire : Justice pour Ilyas Tahiri

Amine a été enterré à Oujda, au Maroc, ville d’origine de son père, un choix qui a été difficile pour la famille qui aurait préféré le garder près d’eux à Roubaix. Zineb, elle, admet converser avec Amine « comme s’il était là ». La douleur persiste aussi pour Loubna qui confie être hantée par la peur des contrôles policiers : « J’imagine toujours une même scène maintenant : des policiers qui arrivent en voiture derrière moi quand je rentre du travail tard la nuit, qui viennent me contrôler et me tirent dessus ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Oujda - Droits et Justice - Procès - Roubaix - Bavure policière - MRE

Aller plus loin

Justice pour Ilyas Tahiri

Un an après la mort d’Ilyas Tahiri, asphyxié sous le genou d’un policier, de nombreuses personnes, membres de la société civile, organisations syndicales et proches du jeune...

Oise : le meurtrier présumé de Karim bientôt fixé sur son sort

Déjà condamné à une peine de six ans pour trafic de stupéfiants, le meurtrier présumé de Karim El Bouayadi, le gérant d’un restaurant du quartier du Plateau de Creil tué d’une...

Un livre dévoile le racisme au sein de la police française

Le journaliste Valentin Gendrot, 32 ans, partage deux années d’infiltration dans la police parisienne. C’est dans Flic, où le reporter fait vivre entre autres, Violences,...

Bruxelles manifeste contre les violences policières

Environ 200 personnes se sont rassemblées dimanche de 16h00 à 17h30 au Mont des Arts à Bruxelles pour dénoncer les violences policières sur les jeunes. L’initiative émane du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

Tanger Med s’est refait une beauté pour mieux accueillir les MRE

Le port Tanger Med est sur le point d’accueillir les Marocains résidant à l’étranger dans le cadre de l’opération « Marhaba 2023 », selon Kamal Lakhmas, le directeur du port. Une somme avoisinant 80 millions de dirhams a été consacrée à l’amélioration...

Échange de données fiscales sur les MRE : le projet de loi reporté

Le gouvernement d’Akhannouch est appelé à revoir deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui ont fait l’objet d’une polémique. L’année 2025 est la date du délai de leur...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le MRE a-t-il le droit de vendre sa voiture au Maroc ?

Le Marocain résidant à l’étranger (MRE) a tout à fait le droit de vendre son véhicule lors de ses vacances au Maroc. Nous parlons, ici, de la période de l’admission temporaire de 6 mois, autorisée par les services de la Douane. Deux situations se...

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...

Evincée, Salima Belabbas retrouve sa place sur RTL

Écartée de la présentation du JT de 19h sur RTL en janvier, Salima Belabbas revient en force en tant qu’animatrice de deux émissions phares de la chaîne privée.

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Maroc : les MRE font grimper les ventes immobilières

Les transactions immobilières sont en hausse au Maroc en ce début d’été, avec la forte demande des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et notamment en Europe, qui affluent vers le royaume pour y passer leurs vacances.