Bruxelles manifeste contre les violences policières

10 mai 2021 - 20h40 - Ecrit par : G.A

Environ 200 personnes se sont rassemblées dimanche de 16h00 à 17h30 au Mont des Arts à Bruxelles pour dénoncer les violences policières sur les jeunes. L’initiative émane du collectif des « madrés de Saint-Gilles », qui s’est servi de l’opportunité de la fête des mères pour appeler la police à mettre un terme aux violences dont elle accable les jeunes.

Des fleurs blanches qui parsemaient la foule, des mères en t-shirts blancs, de grandes banderoles blanches sur lesquelles on peut lire « Mères en colère » et « Stop aux violences policières sur nos enfants ». La manifestation a surtout mis l’accent sur la facilité avec laquelle les policiers fautifs sont blanchis et renvoyés dans la rue pour continuer à violenter les jeunes, rapporte bx1.be.

Dans les nombreux discours prononcés, les intervenants ont affirmé que le système judiciaire favorisait l’impunité et que cela devait changer. Les manifestants ont évoqué Adil et Ibrahima, deux jeunes décédés lors d’interventions policières. D’autres noms de jeunes violentés et qui porteront à jamais les séquelles ont été cités. À l’énumération des noms des victimes de violences policières, des ballons blancs ont été lâchés dans le ciel.

La foule a scandé le slogan « Police partout, justice nulle part ». « Nous avons créé notre collectif en 2018 pour réagir aux violences policières contre nos jeunes », a expliqué Latifa Elmcabeni, membre du collectif des madrés. En ce qui concerne les jeunes qui lancent des projectiles contre la police, elle estime que « certains policiers font naître de la haine dans nos quartiers, cela ne peut aller que vice versa. C’est pour cela qu’il faut faire tout un travail de sensibilisation avec la police, les jeunes et les habitants pour établir un dialogue ».

Plusieurs associations comme « La Monnaie occupée », de même que des membres du collectif des parents boucliers, formé via Facebook pour la Boum 2 du 1ᵉʳ mai étaient présentes au rassemblement. « Nous devons manifester notre colère contre la répression des jeunes », estime l’une des associations. « Il faut laisser les jeunes s’amuser en plein air. Comme cela, ils se rassembleront un peu partout dans tous les parcs et ils arrêteront de créer des grands événements concentrés ».

Tags : Bruxelles - Manifestation - Violences et agressions - Bavure policière

Aller plus loin

Des milliers de personnes ont manifesté contre le racisme et les violences policières en Belgique

Les manifestations qui se déroulent actuellement aux États-Unis suite à la mort de George Floyd font tache d’huile. En réponse aux violences policières, des milliers de personnes,...

Violences policières et racisme : les clarifications de Camélia Jordana

La chanteuse Camélia Jordana a clarifié, lundi 6 juillet, ses propos sur les violences policières et le racisme tenus il y a deux mois sur le plateau d’On n’est pas...

France : une chaîne humaine contre le racisme et les violences policières, ce lundi

Face à la montée du racisme et des violences policières en France pendant le confinement, une trentaine d’organisations, d’associations, de syndicats et de partis politiques, ont...

La compagne d’Arno, d’origine marocaine, dépose plainte pour violences policières

Alors que plusieurs personnes manifestaient contre le racisme et les violences policières dans les rues de Bruxelles, dimanche 7 juin, Sophie Dewulf d’origine maroco-tunisienne,...

Nous vous recommandons

L’un des gros trafics de drogue entre le Maroc et l’Espagne au tribunal

Le procès de Francisco et Antonio Tejón, surnommés « les frères châtaignes », considérés par les autorités comme les plus gros trafiquants de résine de cannabis de la région de Gibraltar qui contrôlaient 70 % de la marchandise entre le Maroc et l’Espagne et de...

Une Marocaine poignardée à mort par son ex-mari en Espagne

Un Marocain a été arrêté mercredi à Barbastro en Espagne pour avoir poignardé à mort son ex-femme, également d’origine marocaine. Les trois enfants du couple, tous mineurs, ont été témoins du meurtre.

Des routiers algériens tués par un drone marocain ?

Trois civils algériens, originaires des villes de Laghouat et Ouargla, auraient été tués lundi par un drone marocain lors d’une attaque contre l’armée sahraouie. Les autorités algériennes et marocaines n’ont fait jusque-là aucune annonce officielle à ce...

Maroc-Paraguay : un match amical annoncé sous haute sécurité à Séville

Le Maroc sera face au Paraguay mardi 27 septembre prochain à 21 h 00 au stade Benito Villamarín (Séville) du Betis. Un match amical qui se jouera sous haute sécurité, après l’entrée sur le terrain de dizaines de supporters marocains lors du match amical...

CAN 2022 : Roger Milla s’en prend au Maroc

Interrogé sur les tentatives de report de la coupe d’Afrique des nations (CAN 2022) au Cameroun par le Maroc et l’Égypte, l’ex-international camerounais Roger Milla a fustigé l’attitude des fédérations d’Afrique du...

Mohammed VI salue l’« excellente » qualité des relations entre le Maroc et l’Espagne

Le roi Mohammed VI s’est dit satisfait des « solides liens d’amitié » entre le Maroc et l’Espagne, des relations qu’il souhaite voir renforcées dans le « respect mutuel  ».

Important message de Royal Air Maroc aux voyageurs

Suite à la décision de l’aéroport d’Amsterdam de limiter le nombre de passagers par jour cet été, la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la mise en place d’un dispositif spécial, pour faciliter les voyages à ses clients en provenance et à...

Allal Al Qadous condamné pour diffamation envers le prince Moulay Rachid

La justice marocaine a condamné Mustapha Semlali alias « Allal Al Qadous » à deux ans de prison ferme et 5000 DH d’amende pour avoir diffamé le prince Moulay Rachid.

Le dirham remonte face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,29 % face à l’euro et de 0,77 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 26 mai au 1ᵉʳ juin 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

Le Maroc va échanger ses données fiscales avec l’OCDE dès 2022

Le Maroc va commencer à échanger ses données fiscales avec l’OCDE à partir de l’année prochaine. La mesure fait suite à l’accord signé début juillet sur un impôt mondial minimum de 15 %.