Ardèche : un Marocain rejugé en appel pour le meurtre de son amie

2 juin 2021 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le procès en appel d’un jeune marocain de 28 ans, accusé d’avoir tué sa petite amie dans leur appartement de Nîmes dans la nuit du 19 au 20 novembre 2016, s’est ouvert, lundi 31 mai, devant la cour d’Assises de l’Ardèche. Il avait été condamné en première instance à 30 ans de réclusion criminelle.

L’audience s’ouvre par l’enquête de personnalité de Sadek. À la barre, sa sœur Yosra, 19 ans, lycéenne à Alain Borne à Montélimar. Elle parle de son frère : un garçon miné dans son enfance au Maroc par l’absence de son père, rapporte France bleu. Ce dernier est un Marocain résidant en France qui rejoint le royaume deux fois par an. À chaque fois, la séparation était un déchirement pour Sadek, explique sa sœur. Un jour, il a tenté de se suicider parce qu’il croyait que son père était mortellement blessé.

Pour Yosra, son enfance difficile ne saurait justifier son acte. Elle a condamné l’acte de son frère. Poursuivant, elle décrit un garçon serviable prêt à aider les autres, notamment les personnes âgées. À leur tour, les amis du condamné décrivent un garçon joyeux, attentif aux autres, généreux. Il n’arrive pas à croire qu’il ait pu tuer son amie.

Les faits s’étaient déroulés à Nîmes dans l’appartement du couple dans la nuit du 19 au 20 novembre 2016. Il avait déménagé quelques jours plus tôt. Une dispute autour du téléphone portable de Ninon. Celle-ci avait refusé de le remettre à son compagnon. Décrit comme un homme jaloux, Sadek était persuadé que sa compagne le trompait. Il tue Ninon. À leur arrivée, les pompiers trouvent le corps de la victime recroquevillé en position fœtale.

Lors de l’audience, Sadek qui avait reconnu les faits, dit n’avoir jamais voulu tuer Ninon. « J’ai fait appel parce que j’ai l’impression de ne pas avoir été entendu. J’ai été violent. Elle ne méritait pas ça et je suis seul responsable. » Mais selon les explications du psychiatre très didactique, Sadek n’a pas de maladie mentale et savait ce qu’il faisait lorsqu’il a porté la main sur sa compagne. Le spécialiste décrit un jeune doté d’un caractère fragile.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Procès - Homicide - Nîmes

Aller plus loin

Affaire Aït El Jid : 14ᵉ report du procès du PJDiste Abdelali Hamieddine

Encore un autre report du procès d’Abdelali Hamieddine, parlementaire et l’un des dirigeants du Parti justice et développement (PJD), poursuivi pour le meurtre de l’étudiant de...

Dijon : peine confirmée en appel pour le Marocain condamné pour le meurtre de Valentin Amrouche

Le Marocain Tarik Attar suspecté d’avoir assassiné Valentin Amrouche en 2017 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) a vu sa condamnation à 30 ans de prison, assortis d’une peine...

Bruxelles : accusé de meurtre, un Marocain se tire d’affaire

Nabil S., un Marocain résidant en Belgique a échappé à 15 ans de prison ferme devant la 90ᵉ chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Bruxelles. Il était jugé...

France : un jeune marocain poursuivi pour le meurtre de Sainte-Valérie

Deux jeunes Lotois dont un originaire du Maroc soupçonnés du meurtre d’un ancien toxicomane de 37 ans, en juin 2016 à Sainte-Valérie ont comparu, lundi 22 mars, devant la cour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...