Augmentations de salaires au Maroc : deux milliards de dirhams en jeu

21 octobre 2022 - 13h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

​Les négociations entre le gouvernement et les syndicats sur les augmentations de salaires et la révision du régime de l’impôt sur le revenu (IR) trébuchent encore. Entre la demande des partenaires sociaux et l’offre de l’exécutif, il y a 2 milliards de dirhams en jeu.

Le coût de l’offre du gouvernement a été présenté par le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, et ne dépasse pas 2 milliards de DH. Incluse dans le projet de loi de Finances 2023, elle permettra d’alléger la charge fiscale des titulaires de revenus salariaux et assimilés et des retraités. Ainsi, selon le PLF adopté mercredi dernier par le gouvernement, il est proposé le relèvement du taux forfaitaire d’abattement pour frais professionnels de 20 à 35 % pour les personnes dont le revenu brut annuel imposable est inférieur ou égal à 78 000 DH. Pour ceux dont le revenu brut annuel imposable est supérieur à cette somme, le taux forfaitaire est fixé à 25 %, avec un relèvement du plafond de déduction de 30 000 à 35 000 DH.

À lire : Maroc : le gouvernement et les syndicats divisés sur la hausse des salaires

Dans un communiqué, le bureau exécutif de la Confédération démocratique du travail (CDT) a rejeté l’offre du gouvernement, la qualifiant de « maigre et ne répondant pas aux attentes des salariés et des retraités pour faire face à la flambée des prix des produits et services de base ». De son côté, l’Union marocaine du travail (UMT) exige que l’offre du gouvernement soit en adéquation avec « la hausse des prix et le coût de la vie élevé et l’adoption d’un nouveau barème d’IR comme mécanisme indirect d’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens ».

À lire : Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Sur la question de l’offre du gouvernement, l’économiste Mohammed Rahj a indiqué au quotidien Le Matin que « tout ce que le gouvernement propose est de revoir un peu le système d’imposition en matière d’IR, mais en définitive, ce ne sont que des mesurettes consistant à augmenter le plafond des charges professionnelles exonérées d’impôt de 20 à 25 % et à faire passer la première tranche des revenus annuels exonérés d’impôts de 30 000 à 35 000 DH, en plus d’un abattement fiscal en faveur des retraités qui passeront de 60 à 65 % ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Syndicat - Gouvernement marocain

Aller plus loin

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08...

Maroc : une nouvelle hausse des salaires en discussion

Une nouvelle hausse des salaires pour les fonctionnaires marocaines serait actuellement en discussion au sein du gouvernement. La nouvelle a été confirmée par le ministre de...

Une hausse des salaires pour freiner le départ des médecins marocains à l’étranger

L’amélioration des salaires des médecins pour empêcher leur départ à l’étranger. C’est une proposition qui émane du groupe parlementaire du parti de l’Istiqlal (PI), qui appelle...

Pour empêcher le départ des médecins, le Maroc augmente leurs salaires

Dans son programme au titre de l’année 2022, le gouvernement a entrepris de revoir les conditions de vie et de travail des médecins marocains exerçant dans le public, notamment...

Ces articles devraient vous intéresser :

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Maroc : une aide versée aux familles

Comme annoncé, l’aide prévue pour les familles marocaines dans le besoin sera versée par le gouvernement. Celle-ci devrait intervenir sous peu. Quel montant ? quand est-ce qu’elle sera versée ?

Échange de données fiscales sur les MRE : le projet de loi reporté

Le gouvernement d’Akhannouch est appelé à revoir deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui ont fait l’objet d’une polémique. L’année 2025 est la date du délai de leur...

Maroc : la réforme de l’impôt sur le revenu sera effective en 2023

Annoncé en juillet dernier, la réforme de l’impôt sur le revenu (IR) entre dans sa phase active dès 2023. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, plus rien ne pourra retarder son application.

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Hausse historique du prix du gaz au Maroc, une première en 30 ans

La bonbonne de gaz vendue au Maroc devrait voir son prix augmenter progressivement pendant trois ans, vient de révéler le Premier ministre Aziz Akhannouch.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Maroc : des villageois lancent un appel au roi Mohammed VI

Les habitants d’un village touché par le puissant et dévastateur tremblement de terre, sont en colère contre le gouvernement à cause de l’aide d’urgence qu’ils affirment ne pas avoir encore reçu. Ils appellent le roi Mohammed VI au secours.