Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

11 octobre 2022 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz Akhannouch et le Syndicat marocain de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Tenue au siège du gouvernement à Rabat, la réunion a connu la présence du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, le conseiller du chef du gouvernement chargé du dialogue social et bien sûr des représentants du Syndicat marocain de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Au cours de la séance, le Syndicat a demandé au gouvernement d’établir « un nouveau régime de base juste, équitable et stimulant sur la base de la préservation des revenus, avec une augmentation équilibrée des salaires de toutes les catégories d’enseignants-chercheurs », rapporte Al Omk Al Maghribi.

À lire : Maroc : le gouvernement veut augmenter le salaire de 20 000 fonctionnaires

Pour le Syndicat, il est temps que les multiples tâches accomplies par les enseignants soient payées à leur juste valeur. Tout en soulignant la dégradation de leur statut juridique et social et la détérioration de leurs conditions de vie et de travail, ils ont souligné la nécessité pour le gouvernement d’intervenir pour sauver l’enseignement supérieur ainsi que ses acteurs.

À lire : Plus de la moitié des fonctionnaires sont des enseignants au Maroc

Dans un communiqué de restitution des décisions prises au cours de la réunion, le Syndicat national précise avoir pris note de « l’engagement du chef du gouvernement à traiter le dossier, puisqu’il a demandé au ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation d’accélérer le rythme des réunions avec le Syndicat marocain de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour arriver rapidement à une solution ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Aziz Akhannouch - Gouvernement marocain - Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres

Aller plus loin

Fonctionnaires marocains : une décennie de croissance salariale

Entre 2012 et 2022, le salaire moyen dans la fonction publique marocaine a connu une hausse de 15,1 %, selon le ministère de l’Économie et des finances.

Maroc : le gouvernement veut augmenter le salaire de 20 000 fonctionnaires

Les fonctionnaires promus au cours des dernières années mais dont le salaire n’a pas été revalorisé, verront leur situation réglée dans les tout prochains mois.

Plus de la moitié des fonctionnaires sont des enseignants au Maroc

La fonction publique compte 436 000 enseignants, soit 55 % des fonctionnaires de l’État, a indiqué mardi le président de la Fondation Mohammed VI des œuvres sociales de...

Maroc : le gouvernement et les syndicats divisés sur la hausse des salaires

Fin de la lune de miel entre le gouvernement et les centrales syndicales. Si la première phase des négociations s’est déroulée dans une ambiance détendue, des discordes sont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une aide directe pour les plus pauvres

Le gouvernement envisage d’accorder en 2023 une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Plus précisément, sept millions d’enfants et 3 millions de familles seront concernés.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Maroc : suspension des droits à l’importation des bovins domestiques

Le gouvernement marocain a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant sur la suppression des droits de douane sur les achats de bovins domestiques d’un poids minimal de 550 kg.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Eau et électricité : une bonne nouvelle pour les ménages marocains

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch renonce à son projet visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’eau et l’électricité. Ce projet avait soulevé de vives polémiques et inquiété les Marocains.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

L’Espagne « humiliée » par le Maroc, selon José Maria Aznar

L’ancien président du gouvernement espagnol, José María Aznar, a déploré jeudi à Séville le fait que Mohammed VI n’ait pas reçu Pedro Sanchez à son arrivée à Rabat, considérant cet acte du Maroc comme une « humiliation ».