Maroc : le gouvernement et les syndicats divisés sur la hausse des salaires

27 septembre 2022 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Fin de la lune de miel entre le gouvernement et les centrales syndicales. Si la première phase des négociations s’est déroulée dans une ambiance détendue, des discordes sont apparues au cours du deuxième round sur certaines questions essentielles comme la hausse des salaires ou encore le niveau de l’impôt sur le revenu (IR).

L’entente entre l’exécutif et les partenaires sociaux ne se fera que sur la mise en application de l’IR dès 2023. Pour les autres points inscrits sur la liste des revendications, le gouvernement ne serait pas sur la même longueur d’ondes que les partenaires sociaux, selon plusieurs responsables syndicaux. Les points de discorde concernent la hausse des salaires (non inscrite dans l’offre gouvernementale). De plus, le barème que propose le gouvernement en ce qui concerne l’IR est en dessous des attentes des centrales syndicales, rapporte Le Matin.

À lire :Maroc : la réforme de l’impôt sur le revenu sera effective en 2023

Selon le représentant de la Confédération démocratique du travail (CDT), la réunion de jeudi dernier avec Fouzi Lekjaa a été « une déception ». Khalihina El Garch confie que les travailleurs ne veulent pas d’un accord social qui ne prend pas en compte une hausse généralisée des salaires. « Nous avons été conviés à une réunion pour discuter de l’amélioration des revenus. Mais nous avons été surpris par l’attitude de Fouzi Lekjaâ qui n’a voulu discuter que d’un seul point, celui de la baisse de l’IR », a affirmé le syndicaliste.

À lire :Maroc : que sait-on de la réforme de l’Impôt sur le revenu ?

Pour le syndicaliste, « la hausse des salaires et la baisse de l’IR sont deux sujets à ne pas dissocier. Ils doivent être discutés dans un seul point ». Celui de l’amélioration des revenus et du renforcement du pouvoir d’achat. « Le gouvernement a aujourd’hui les moyens d’assurer une hausse des salaires, notamment avec la relance économique actuelle », a-t-il souligné.

À lire :Maroc : plus d’exonération totale de l’impôt sur le revenu pour les retraités

Revenant sur les détails de l’offre gouvernementale en ce qui concerne la baisse de l’IR, le syndicaliste a affirmé qu’il n’était pas normal aujourd’hui que « 73 % du Budget de l’État provienne de l’Impôt sur le revenu. Le temps est venu pour une réforme globale pour que la contribution des secteurs productifs au Budget de l’État soit plus importante », a affirmé le représentant de la CDT. Les prochaines rencontres entre les deux parties risquent d’être encore plus houleuses.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts - Syndicat - Gouvernement marocain - Fouzi Lekjaa

Aller plus loin

Maroc : les salariés du privé moins payés que ceux de la fonction publique

Au Maroc, les salariés du privé gagnent moins que ceux de la fonction publique. C’est ce que révèle une étude réalisée par le journal l’Economiste.

Maroc : vers une révision de l’impôt sur le revenu ?

Bonne nouvelle pour les salariés marocains. Les dispositions fiscales notamment l’impôt sur le revenu pourraient être revues, pour atténuer la hausse des prix des denrées de...

Maroc : la réforme de l’impôt sur le revenu sera effective en 2023

Annoncé en juillet dernier, la réforme de l’impôt sur le revenu (IR) entre dans sa phase active dès 2023. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, plus rien ne...

Augmentations de salaires au Maroc : deux milliards de dirhams en jeu

​Les négociations entre le gouvernement et les syndicats sur les augmentations de salaires et la révision du régime de l’impôt sur le revenu (IR) trébuchent encore. Entre la...

Ces articles devraient vous intéresser :

La majorité des avocats marocains ne payent pas d’impôts

Face à la polémique liée à l’imposition des avocats, annoncée dans le PLF 2023, le gouvernement a dévoilé des chiffres inquiétants sur l’évasion fiscale constatée au sein de cette profession libérale.

L’avenir de Walid Regragui se décidera la semaine prochaine

Fouzi Lekjaâ, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et Walid Regragui, sélectionneur de l’équipe du Maroc discuteront de la participation décevante des Lions de l’Atlas à la 34è édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN)...

Maroc : les cigarettes vont coûter plus cher

Les prix des paquets de cigarettes connaîtront une hausse dès le 1ᵉʳ janvier au Maroc, conformément aux dispositions relatives au relèvement de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur le tabac.

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Coupe du monde 2030 : ce que prévoit le Maroc

Dans le cadre d’une candidature commune entre le Maroc, l’Espagne et le Portugal à la Coupe du monde 2030, le président du comité de candidature marocain, Faouzi Lekjaa, a exposé la vision du Royaume pour moderniser ses installations sportives et...

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Vahid Halilhodzic ne digère toujours pas son éviction par le Maroc

Alors qu’il espérait accompagner le Maroc à la Coupe du monde après l’avoir brillamment qualifié, Vahid Halilhodzic a été limogé en août pour n’avoir pas su maintenir la cohésion au sein de l’équipe. Un départ inattendu pour le technicien de 70 ans qui...

Hakim Ziyech a marqué les Marocains en 2022, selon un sondage

Un sondage au Maroc devant élire la personnalité ou l’institution de l’année 2022, a dressé une liste dans laquelle on trouve l’international marocain Hakim Ziyech, l’entraîneur de la sélection marocaine de football, Walid Regragui, ainsi que Fouzi...

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...