Ayem Nour au coeur d’un conflit entre le Maroc et la France

22 octobre 2023 - 20h00 - Culture - Ecrit par : S.A

Alors que la justice marocaine a bien ouvert une instruction contre Ayem Nour pour « enlèvement d’enfant » et qu’un procès devrait avoir lieu dans les mois à venir, le consulat général de France a délivré un laissez-passer à l’ex-star de téléréalité et chroniqueuse, lui permettant de quitter le Maroc avec son fils Ayvin et de rentrer en France en septembre, après s’y être retrouvée bloquée pendant des mois.

La longue bataille judiciaire que Nour mène contre son ex-mari, Vincent Miclet, pour la garde de leur enfant est loin de connaître son épilogue. Son ex-conjoint ne digère pas son départ du Maroc le 10 septembre – qu’il qualifie de « coup de force » – pour regagner la France avec leur fils Ayvin. « Cette exfiltration a été opérée par sa mère avec l’aide du consulat général de France en dépit de nombreuses décisions de justice marocaines, consulat qui a cru pouvoir délivrer un laissez-passer dans des conditions problématiques, puisque ne répondant pas du tout aux exigences du décret du 30 décembre 2004 relatif aux attributions des chefs de poste consulaire en matière de titres de voyage », relève Caroline Wasserman, avocat du père d’Ayvin auprès du Parisien.

À lire : Le cauchemar d’Ayem Nour au Maroc est terminé

Elle dit ne pas comprendre le comportement du consul de France, « il a fait l’exact contraire de ce qu’il avait écrit quelques mois plus tôt ». Wasserman pointe alors une « grande légèreté de la part des services consulaires français ». « Pourquoi le quai d’Orsay via le consul se permet de mettre une gifle pareille à la justice marocaine ? », s’interroge-t-elle. Répondant par courrier à une correspondance que l’avocate a adressée au consulat de France à Marrakech, le consul explique que « ce laissez-passer a été délivré à l’enfant par nos services, en considération de son intérêt supérieur à rejoindre sa résidence habituelle, fixée au domicile de sa mère, conformément à l’arrêt n°22/37 de la Cour d’appel de Paris du 15 février 2022, la responsabilité de l’administration consulaire étant de permettre l’exécution de cet arrêt ».

À lire :Bloquée au Maroc avec son fils, Ayem Nour a le soutien de Vitaa

Stéphane Baumgarth dit n’avoir pas « connaissance d’un meilleur accord qui aurait été signé entre les deux parents entraînant une modification des conditions de garde et de résidence fixées par l’arrêt n°22/37 de la Cour d’appel de Paris du 15 février 2022 ». Il ajoutera : « Si votre client estime que ses droits parentaux n’ont pas été respectés par la délivrance de ce laissez-passer, il peut saisir le juge aux affaires familiales compétent » en France. Selon l’accord conclu par l’ex-candidate de téléréalité et son ex-compagnon à l’été 2022 permettant, leur fils Ayvin devait être scolarisé à Marrakech. Mais Ayem Nour était entre-temps revenu sur cet accord, car elle estimait que c’était « caduc ».

À lire :Désespérée, Ayem Nour appelle le roi Mohammed VI à l’aide

Cette décision des services consulaires viole la convention franco-marocaine en termes de justice, mais aussi les conventions internationales sur les droits de l’enfant. « Vincent Miclet demande aux autorités françaises de convoquer son ex-compagne et de mettre en œuvre le rapatriement de son fils, si l’on s’en fie à la convention de La Haye sur les droits de l’enfant de 1980 et 1996 qui obligent au retour immédiat des enfants déplacés illicitement », rappelle Caroline Wassermann, ajoutant « c’est une claque pour la justice marocaine ». Celle-ci a bien ouvert une instruction contre Ayem Nour pour « enlèvement d’enfant » et un procès devrait avoir lieu dans les mois à venir. Vincent Miclet souhaite son fils « soit rapatrié au plus vite » et que les autorités françaises prennent toute la mesure de la gravité des faits.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Procès - Ayem

Aller plus loin

Désespérée, Ayem Nour appelle le roi Mohammed VI à l’aide

Depuis six mois, Ayem Nour, la chroniqueuse de TPMP People, est bloquée au Maroc avec son fils Ayvin, sans possibilité de retourner en France. Désespérée, elle appelle le roi...

Ayem Nour condamnée au Maroc, Vincent Miclet s’exprime sur la garde de leur fils

Dans une interview, l’homme d’affaires Vincent Miclet s’est exprimé sur le retour de son ex-épouse Ayem Nour, l’ex-star de téléréalité et chroniqueuse, et de son fils Ayvin, 7...

Première apparition d’Ayem Nour après ses ennuis au Maroc

Ayem Nour, la chroniqueuse de TPMP People était lundi à la 76ᵉ édition du Festival de Cannes 2023, qui se déroule du 16 au 27 mai 2023 au Palais des festivals. Il s’agit de sa...

Toujours bloquée au Maroc, Ayem Nour au bord du désespoir

Ayem Nour, la chroniqueuse de TPMP People, est toujours bloquée au Maroc avec son fils Ayvin. Elle désespère de son ex-compagnon qui l’a accusée d’enlèvement, mais prive leur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.