Bassima Hakkaoui, unique femme du gouvernement Benkirane

4 janvier 2012 - 13h15 - Maroc - Ecrit par : J.L

Bassima Hakkaoui, 51 ans, députée du Parti Justice et Développement depuis 2002, est l’unique femme du gouvernement Benkirane, alors que la nouvelle constitution devait conforter l’égalité entre hommes et femmes.

Cette native de Casablanca, membre du secrétariat général du PJD, est aussi Présidente de l’organisation des femmes de la Justice et du développement.

Titulaire d’un DESS en psychologie sociale et d’un diplôme d’études approfondies dans la même discipline, Bassima Hakkaoui est enseignante au Centre de formation des enseignants de Casablanca.

Nommée ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social, cette islamiste aux allures modérées est aussi membre de la commission parlementaire mixte Maroc-UE.

Dans une déclaration à la première chaîne nationale Al Oula, Bassima Hakkaoui s’est déclarée déçue d’être l’unique femme ministre du gouvernement, imputant cet état des choses aux partis politiques qui n’ont pas présenté de nouveaux visages féminins.

Pour Driss Lachgar, membre du bureau politique de l’USFP (opposition), le gouvernement actuel est conservateur puisqu’il ne comprend qu’une seule femme, ce qui constitue un abandon des acquis de la nouvelle constitution en ce qui concerne l’égalité homme-femme. Le gouvernement Benkirane a sur ce plan, régressé plus que les précédents gouvernements, fait remarquer l’Usfpéiste.

Sujets associés : Partis politiques - Femme marocaine - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) - Driss Lachgar - Bassima Hakkaoui

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Pourquoi les Marocaines sont interdites de séjour dans les hôtels ?

Malgré l’inexistence d’une loi, les femmes marocaines seules sont toujours interdites de séjour dans les hôtels du royaume. Le député de l’USFP, Moulay Mehdi Al Fatmi, appelle le gouvernement à mettre fin à cette pratique discriminatoire.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Les députés marocains s’intéressent aux autoroutes

Une mission d’information dédiée aux autoroutes devrait être bientôt créée. Les groupes de la majorité et l’Union socialiste des forces populaires (USFP) n’attendent que le feu vert du bureau de la Chambre des représentants.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...