Belgique : Sarah vit dans la hantise de se retrouver à la rue avec ses enfants

15 octobre 2021 - 20h20 - Belgique - Ecrit par : S.A

Alors qu’elle doit libérer un appartement situé à Anderlecht dans lequel elle vit avec ses quatre enfants au plus tard le 1ᵉʳ novembre, Sarah Kebbab, femme enceinte de six mois n’a toujours pas trouvé un nouveau logement. Elle craint de se retrouver à la rue.

Situation compliquée pour Sarah Kebbab et ses quatre enfants de 12,9,8 et 6 ans. Depuis juin, le propriétaire l’a sommée de libérer son appartement au motif que sa propre fille devra l’occuper dès le 1ᵉʳ novembre. Toutes les démarches envers les services sociaux, la commune, le foyer anderlechtois s’avèrent infructueuses. L’échevine du logement à Anderlecht, Fatiha El Ikdimi (CDH) qui se démène pour l’aider, estime que seule l’intervention de ministre du Logement pourrait porter ses fruits.

À lire : France : une Marocaine sans ressources vit dans un hôtel 5 étoiles

Le foyer anderlechtois fait face à un manque de logement, fait savoir La Dernière Heure. Mais le problème de Sarah est plus complexe. Elle a besoin de trois chambres. D’après la convention, le foyer peut octroyer un logement de deux chambres par dérogation en situation d’urgence alors qu’elle est mère de quatre enfants dont un de plus de 12 ans qui doit avoir sa propre chambre.

La mère de famille s’est également tournée vers la Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB). « Mon dossier est passé en comité et a été refusé à cause du quota épuisé. J’ai encore espoir que le bourgmestre puisse déroger au quota », dit-elle. Selon elle, c’est politique ; « c’est compliqué de trouver un logement en urgence, car il faut trois chambres, mais pour moi, une chambre ou deux, ça me va tout autant ».

À lire : Au Canada, une famille marocaine vit dans la crainte de l’arrivée des bulldozers

Sarah semble voir le bout du tunnel. « Le dernier mail du CPAS date d’il y a trois semaines et on m’a dit : ’Si vous n’avez rien au 1ᵉʳ novembre, on vous relogera à l’hôtel avec les enfants’, confie-t-elle. Une lueur d’espoir peu rassurante pour elle : « Aujourd’hui j’ai fait tout ce que je pouvais faire et il n’y a rien de concret en retour. Peu importe qui me répond, mais je ne peux pas me retrouver à la rue avec mes quatre enfants dans deux semaines alors que j’accouche dans un mois ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Belgique - Anderlecht

Aller plus loin

Aubenas : une famille marocaine menacée d’expulsion

Sous le coup d’une expulsion, une famille marocaine reçoit le soutien des Albenassiens. Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) a organisé...

Au Canada, une famille marocaine vit dans la crainte de l’arrivée des bulldozers

Alors que la démolition de son immeuble à Longueuil peut intervenir à tout moment, une famille marocaine n’a toujours pas trouvé un appartement pour se reloger. Elle vit dans la...

Menacées d’expulsion, deux Marocaines resteront finalement aux Pays-Bas

Alors qu’elles étaient sous la menace d’une expulsion vers le Maroc, les sœurs Sofia et Najoua resteront finalement aux Pays-Bas. La décision a été annulée au dernier moment par...

Besançon : menacé d’expulsion, un Marocain retrouve enfin le sourire

Ahmed, un Marocain menacé d’expulsion et Florence, une Française avec qui il s’est marié en janvier 2020 ont enfin retrouvé le sourire après une grève de la faim entamée le 20...

Ces articles devraient vous intéresser :

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.

BTP : Le Maroc en mode « chantier permanent »

Le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) marocain est en plein essor. En 2024, l’investissement public dans ce domaine a connu une augmentation fulgurante de 56 % par rapport à l’année précédente, atteignant un montant de 64 milliards de...

Nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant au Maroc

Le gouvernement marocain travaille à réglementer les hébergements alternatifs. Une nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant sera bientôt instaurée. Une manière pour lui d’encadrer le tourisme chez l’habitant.

Maroc : de bonnes perspectives pour le marché de l’occasion

Le projet de loi de finances (PLF) 2023 annonce une hausse de 33,36 % des recettes de droits de mutation (biens immobiliers, automobiles, etc.). Les perspectives semblent prometteuses pour le marché de l’occasion.

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.

Aide directe au logement : les promoteurs immobiliers exigent des clarifications

Pour dynamiser le secteur immobilier, le gouvernement envisage d’octroyer une aide au logement, au profit des acquéreurs éligibles. Cette mesure contenue dans le PLF 2023, suscite des inquiétudes dans les rangs des promoteurs immobiliers.

Aides au logement au Maroc : conditions et modalités d’octroi

La ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Fatim Ezzahra El Mansouri, a présenté vendredi, lors d’une conférence de presse au siège de son département, le processus à suivre par les...

Crédit immobilier : la hausse des taux s’accélère au Maroc

L’inflation touche de plus en plus les Marocains. Et les crédits immobiliers ne sont pas épargnés. Ces derniers devraient en effet connaitre une hausse au 4ᵉ trimestre de l’année, selon les professionnels. Qu’est-ce qui explique cette prévision ?

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...