Maroc : des caïds et auxiliaires d’autorité sanctionnés

25 mars 2022 - 18h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Impliqués dans le blocage du programme « Villes sans bidonvilles », censé soulager les familles marocaines qui vivent dans la précarité, plusieurs caïds et auxiliaires d’autorité ont été sanctionnés par le ministère de l’Intérieur.

Le ministère de l’Intérieur a sanctionné plusieurs contrevenants parmi les agents d’autorité de Kenitra, Temara, Sidi Slimane, El Hajeb et Taza pour leur implication dans le blocage du programme « Villes sans bidonvilles » conçu initialement pour le relogement et le recasement des populations précaires, rapporte Assabah. Le conseil de discipline a prononcé à leur encontre des décisions de mutation et leur placement sur une voie de garage.

À lire : Programme « villes sans bidonvilles » : un échec, avoue la ministre de l’habitat

Ces sanctions ne satisfont pas des acteurs de la société civile. Ils auraient souhaité que ces agents d’autorité, qui ont commis des infractions graves, connaissent le même sort que le caïd de Kénitra. La justice avait été saisie de son dossier. Ce responsable est à l’origine de l’arrêt de ce programme de relogement parce qu’il a permis à des personnes étrangères à la cité de construire des maisons anarchiques. Le bureau exécutif de la Ligue marocaine pour la citoyenneté et les droits de l’homme (LMCDH) a dans son viseur les nombreux caïds et agents auxiliaires de Kénitra qui se sont enrichis illégalement en commettant de tels “crimes” et tous ceux qui ont contribué à la transformation des terres collectives tribales en bidonvilles. Il a demandé à la présidence du ministère public de les poursuivre.

À lire : Salé : les bidonvilles détruits, les familles relogées

Les acteurs de la société civile ont critiqué « le silence complice observé par les autorités locales et le conseil municipal de Kénitra face au blocage du programme de la réhabilitation des zones d’Ain Sebaa Makhalif et Bir Rami ». Selon eux, l’échec du programme « Villes sans bidonvilles » est également dû à l’absence d’une volonté politique et administrative pour lutter contre les constructions anarchiques dans plusieurs zones, lesquelles constituent un vivier électoral.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Programme « villes sans bidonvilles » : un échec, avoue la ministre de l’habitat

Le programme « villes sans bidonvilles » censé soulager les familles qui vivent dans la précarité n’a pas comblé les attentes. La ministre de l’Habitat Nouzha Bouchareb en a...

Une affaire de corruption fait tomber un agent d’autorité à Marrakech

Un Caïd en poste à l’annexe administrative d’Azli, dans la région de Marrakech, a été démis de ses fonctions par le ministère de l’Intérieur.

Salé : les bidonvilles détruits, les familles relogées

Douar Brahma, l’un des plus grands bidonvilles de Salé, est en cours d’évacuation. Les autorités locales procèdent au relogement des populations.

Maroc : des associations dénoncent l’insalubrité dans les bidonvilles

Des associations écologiques ont appelé les autorités à leur devoir face à la multiplication des habitats insalubres dans les bidonvilles, encouragée par les élus.

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Maroc : bonne nouvelle pour ceux qui aiment les Hammams

Les Marocains pourront fréquenter les hammams, restés en partie fermés depuis plusieurs semaines suite à une note du ministère de l’Intérieur, pendant le ramadan. Dimanche, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que le mois sacré...

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.