Des clarifications sur l’interruption des exportations du blé ukrainien vers le Maroc

13 mars 2022 - 18h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Oksana Vasilyeva, ambassadeur de l’Ukraine à Rabat a apporté des clarifications sur l’interruption du blé ukrainien vers le Maroc, après l’invasion russe, lancée le 24 février dernier.

« Nous avons arrêté l’exportation de blé et de céréales vers les pays en raison de l’arrêt de la circulation maritime et du contrôle imposé par les Russes sur la mer Noire et d’Azov, en plus de la circulation des navires, également été perturbée en raison de la guerre. […] Il est difficile aujourd’hui de déplacer la flotte navale, puisque les Russes vont la mettre en danger, les échanges commerciaux ne peuvent avoir lieu », a expliqué la diplomate ukrainienne dans une interview accordée à Hespress. De plus, « la situation humanitaire est difficile, et il faut penser à stocker les céréales et le blé. Nous avons besoin d’aide humanitaire, de médicaments et de nourriture », a-t-elle ajouté.

À lire : Maroc : le coût des importations de produits énergétiques et de blé explose

Selon Oksana Vasilyeva, la reprise des relations commerciales entre l’Ukraine et le Maroc et d’autres pays reste tributaire de l’arrêt de la guerre et de l’expulsion des envahisseurs des terres ukrainiennes. Elle se félicite du fait que le Maroc soit parmi les 5 pays africains avec lesquels son pays a de solides partenariats économiques. En 2021, la valeur des échanges commerciaux de l’Ukraine avec le royaume s’est élevée à 530 millions de dollars. « Les importations de céréales du Maroc en provenance d’Ukraine représentent 12 % de ses importations totales de céréales, tandis que ses exportations vers l’Ukraine se concentrent sur les engrais naturels et chimiques, les voitures et le poisson », a indiqué la diplomate ukrainienne.

À lire : Hausse du prix du blé : le Maroc touché par le conflit russo-ukrainien

Quant à la valeur des importations ukrainiennes en provenance du Maroc, elle s’élevait à 120 millions de dollars, dont le phosphate qui représente 48 %, les voitures, le poisson et les légumes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Importations - Exportations - Ukraine - Alimentation

Aller plus loin

Hausse du prix du blé : le Maroc touché par le conflit russo-ukrainien

Alors que les missiles russes frappent l’Ukraine, les experts préviennent que l’impact du conflit ne manquera pas de se répercuter sur tous les pays africains, dont le Maroc.

Mesures contre le blé en Russie : le Maroc doit-il s’inquiéter ?

Afin d’éviter les pénuries et la hausse des prix du blé, la Russie a décidé d’appliquer des restrictions aux exportations vers quatre républiques ex-soviétiques. Le Maroc...

Maroc : le stock de céréales largement suffisant

Un stock abondant de céréales est disponible dans les marchés nationaux du royaume. C’est ce qu’a déclaré le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et...

Hausse du prix du blé : remise en cause du modèle économique marocain ?

Comme de nombreux pays ayant des relations commerciales avec la Russie et l’Ukraine, le Maroc est sérieusement perturbé par la crise entre les deux pays, avec la flambée des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Maroc : croissance économique malgré l’inflation persistante

Le taux d’inflation au Maroc va poursuivre sa tendance à la baisse, mais ne retrouvera pas son niveau d’avant 2022, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport, notant une croissance de +3,3 % au quatrième trimestre de 2023,...

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Aïd Al-Adha : le Maroc va importer un million de têtes de bétail

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le gouvernement s’active pour satisfaire les besoins de la population. En tout, un million de têtes sera bientôt importé.

Industrie automobile : Le Maroc se positionne parmi les grands constructeurs mondiaux

L’industrie marocaine, en particulier le secteur automobile, a connu ces dernières années une croissance fulgurante, propulsant le Royaume au rang des concurrents sérieux sur la scène internationale. C’est ce qu’a affirmé Ryad Mezzour, ministre de...

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.