Des clarifications sur l’interruption des exportations du blé ukrainien vers le Maroc

13 mars 2022 - 18h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Oksana Vasilyeva, ambassadeur de l’Ukraine à Rabat a apporté des clarifications sur l’interruption du blé ukrainien vers le Maroc, après l’invasion russe, lancée le 24 février dernier.

« Nous avons arrêté l’exportation de blé et de céréales vers les pays en raison de l’arrêt de la circulation maritime et du contrôle imposé par les Russes sur la mer Noire et d’Azov, en plus de la circulation des navires, également été perturbée en raison de la guerre. […] Il est difficile aujourd’hui de déplacer la flotte navale, puisque les Russes vont la mettre en danger, les échanges commerciaux ne peuvent avoir lieu », a expliqué la diplomate ukrainienne dans une interview accordée à Hespress. De plus, « la situation humanitaire est difficile, et il faut penser à stocker les céréales et le blé. Nous avons besoin d’aide humanitaire, de médicaments et de nourriture », a-t-elle ajouté.

À lire : Maroc : le coût des importations de produits énergétiques et de blé explose

Selon Oksana Vasilyeva, la reprise des relations commerciales entre l’Ukraine et le Maroc et d’autres pays reste tributaire de l’arrêt de la guerre et de l’expulsion des envahisseurs des terres ukrainiennes. Elle se félicite du fait que le Maroc soit parmi les 5 pays africains avec lesquels son pays a de solides partenariats économiques. En 2021, la valeur des échanges commerciaux de l’Ukraine avec le royaume s’est élevée à 530 millions de dollars. « Les importations de céréales du Maroc en provenance d’Ukraine représentent 12 % de ses importations totales de céréales, tandis que ses exportations vers l’Ukraine se concentrent sur les engrais naturels et chimiques, les voitures et le poisson », a indiqué la diplomate ukrainienne.

À lire : Hausse du prix du blé : le Maroc touché par le conflit russo-ukrainien

Quant à la valeur des importations ukrainiennes en provenance du Maroc, elle s’élevait à 120 millions de dollars, dont le phosphate qui représente 48 %, les voitures, le poisson et les légumes.

Sujets associés : Importations - Exportations - Ukraine - Alimentation

Aller plus loin

Mesures contre le blé en Russie : le Maroc doit-il s’inquiéter ?

Afin d’éviter les pénuries et la hausse des prix du blé, la Russie a décidé d’appliquer des restrictions aux exportations vers quatre républiques ex-soviétiques. Le Maroc...

Hausse du prix du blé : remise en cause du modèle économique marocain ?

Comme de nombreux pays ayant des relations commerciales avec la Russie et l’Ukraine, le Maroc est sérieusement perturbé par la crise entre les deux pays, avec la flambée des...

Hausse du prix du blé : le Maroc touché par le conflit russo-ukrainien

Alors que les missiles russes frappent l’Ukraine, les experts préviennent que l’impact du conflit ne manquera pas de se répercuter sur tous les pays africains, dont le Maroc.

L’Ukraine en passe de devenir premier fournisseur de blé au Maroc

L’Ukraine pourrait devenir en 2021, premier fournisseur de blé au Maroc en dépassant la France qui l’est jusque-là et la Russie. C’est du moins ce qu’indiquent les données du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc dans le top 10 des marchés mondiaux de Renault

Le Maroc est désormais le dixième marché mondial de Renault et le premier de toute la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) en termes de ventes, avec 44 497 véhicules vendus au cours des neuf premiers mois de l’année 2023.

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Aïd Al-Adha : combien coûte un mouton importé ?

Le prix du mouton importé serait de l’ordre de 2 850 dirhams et non 700 dirhams, selon une rumeur distillée sur les réseaux sociaux. C’est ce qu’indique la Fédération marocaine des acteurs de la filière élevage (FMAFE).

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Le Maroc veut exporter de l’hydrogène vert vers l’UE d’ici 2050

Le Maroc veut continuer à produire davantage de l’hydrogène vert pour poursuivre sa transition énergétique et devenir à terme un grand exportateur du combustible vers l’UE.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Aïd Al-Adha : le Maroc va importer un million de têtes de bétail

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le gouvernement s’active pour satisfaire les besoins de la population. En tout, un million de têtes sera bientôt importé.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

De plus en plus de Marocains souffrent d’obésité

L’obésité est un problème de santé pour bon nombre de Marocains. Selon les statistiques, 25 % des personnes âgées de 45 à 59 ans souffrent d’obésité et 14 % des enfants sont en surpoids.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...