Bruxelles : nouveau rebondissement dans la mort d’Adil

17 décembre 2020 - 18h40 - Belgique - Ecrit par : S.A

Les informations communiquées à la presse n’ont pas plu à la famille d’Adil, jeune de 19 ans, décédé dans une course-poursuite avec la police, qui a déposé plainte contre le procureur du roi de Bruxelles. Elle lui reproche d’avoir violé le secret de l’instruction et du secret professionnel.

Dans cette communication adressée à la presse le 26 novembre dernier, le parquet du procureur du roi annonçait qu’il demanderait le non-lieu pour la police, fait savoir Belga. "Mes clients n’ont pas compris la nécessité pour le parquet de Bruxelles de communiquer sur le dossier à ce stade-ci, alors qu’il n’y a même pas encore de date d’audience fixée devant la chambre du conseil, qui devra se prononcer sur un non-lieu ou un renvoi devant le tribunal correctionnel, et alors que nous avons encore la possibilité de demander des devoirs d’enquête complémentaires", a expliqué Alexis Deswaef, l’avocat de la famille d’Adil.

Selon ses explications, le problème de cette communication est qu’elle ne respecte pas l’article 57, paragraphe 3 du Code d’Instruction criminelle stipulant que ’le procureur du roi peut, de l’accord du juge d’instruction et lorsque l’intérêt public l’exige, communiquer des informations à la presse’. "Or, le procureur du roi n’avait pas l’accord préalable du juge d’instruction. Et le fait que les journalistes le pressaient de questions pour savoir les suites de l’affaire ne constitue pas l’exigence d’un ’intérêt public’ à ce stade de la procédure", a-t-il indiqué.

"Sauf les exceptions prévues par la loi, l’instruction est secrète. Et l’article 458 du Code pénal sanctionne celui qui commet l’infraction de violation du secret professionnel", a précisé l’homme de droit, ajoutant que cette communication publique du parquet de Bruxelles a été un véritable choc pour ses clients.

Le parquet de Bruxelles avait prononcé, le 26 novembre dernier, un non-lieu pour absence de charges suffisantes "à l’encontre des protagonistes du dossier et notamment du conducteur du véhicule de police". Les policiers ont été ainsi blanchis dans cette affaire de la mort d’Adil. Ce jeune de 19 ans était décédé lors d’une course-poursuite, le 10 avril dernier. Son scooter avait percuté une voiture de police ou aurait été percuté par une voiture de police. Cet accident est survenu avec une patrouille du koban VIRTUS chargé de faire respecter les mesures du confinement.

Sujets associés : Bruxelles - Droits et Justice - Famille - Plainte

Aller plus loin

Mort d’Adil à Anderlecht : une enquête remet en cause la version de la police

La thèse de l’accident comme cause de la mort d’Adil, dans une course-poursuite avec la police, dans le quartier Cureghem à Anderlecht, vendredi 10 avril dernier est remise en...

Décès d’Adil à Anderlecht : des individus menacent de mort des policiers

Les deux policiers de la brigade anticriminalité (BAC) et les deux autres qui circulaient dans la Toyota Yaris banalisée que le scooter d’Adil aurait percuté, sont menacés de mort.

Anderlecht : les policiers blanchis dans la mort d’Adil

Les policiers impliqués dans l’accident mortel du jeune Adil, 19 ans, ont été blanchis par le parquet de Bruxelles. Un non-lieu a été prononcé pour absence de charges à...

Belgique : du nouveau dans l’affaire de la mort du jeune Adil

Il y a du nouveau dans l’affaire de la mort d’Adil, jeune de 19 ans, décédé dans une course-poursuite avec la police à Anderlecht. Sa famille veut solliciter des devoirs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : bonne nouvelle pour les familles

Au Maroc, le gouvernement prévoit d’accorder de l’aide directe aux familles nécessiteuses dans le cadre du projet de généralisation des allocations familiales en 2023.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.