Anderlecht : les policiers blanchis dans la mort d’Adil

27 novembre 2020 - 10h00 - Belgique - Ecrit par : I.L

Les policiers impliqués dans l’accident mortel du jeune Adil, 19 ans, ont été blanchis par le parquet de Bruxelles. Un non-lieu a été prononcé pour absence de charges à l’encontre des mis en cause du dossier et notamment du conducteur du véhicule de police.

Les faits remontent au 10 avril 2020, dans la soirée, lorsque le jeune Adil a été interpellé par les services de police pour excès de vitesse, indique un communiqué du Parquet de Bruxelles. Il se trouvait en compagnie d’une personne lorsqu’ils ont été interpellés. Les policiers procédaient au contrôle de routine lorsqu’Adil a pris la fuite. Une course-poursuite s’est engagée entre le jeune et la police qui a dû rebrousser chemin, sur la place Docteur De Meersman, à cause de la configuration de la zone empruntée par le jeune d’Anderlecht. Ils ont dû informer d’autres équipes venues en renfort. « Un véhicule de police arrive alors en face du cyclomoteur sur le quai de l’industrie. À ce moment-là, le cyclomoteur suit une camionnette. Au moment où la camionnette croise le véhicule de police, le cyclomoteur déboite de derrière la camionnette et percute de plein fouet l’avant gauche du véhicule de police », rappelle le Parquet.

Selon l’expertise automobile, l’accident est survenu lorsque la police et le suspect se dirigeaient vers la rue Jules Ruhl. Lors de l’impact, le véhicule de police circulait avec une vitesse résiduelle comprise entre 17 km / h et 25 km / h. contre 57,6 km / h et 70,4 km / h pour le cyclomoteur. Cette vitesse n’était pas autorisée ni adéquate par rapport à la capacité de freinage d’un cyclomoteur, ni adaptée à la configuration des lieux, précise le rapport. Pis, le conducteur ne portait pas de casque au moment de l’impact.

Le même rapport soutient que les enregistrements des communications radio échangés entre les policiers ne révèlent aucune concertation entre les policiers. Au regard de tous ces détails et faits, le juge d’instruction a blanchi les policiers, dont notamment le conducteur du véhicule. Quant au Parquet, il a prononcé un non-lieu. Cette décision n’a pas fait l’unanimité au sein des jeunes de la localité, qui ont lancé des jets de pierres et de cocktails Molotov.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Droits et Justice - Accident

Aller plus loin

Décès d’Adil à Anderlecht : des individus menacent de mort des policiers

Les deux policiers de la brigade anticriminalité (BAC) et les deux autres qui circulaient dans la Toyota Yaris banalisée que le scooter d’Adil aurait percuté, sont menacés de mort.

Mort d’Adil : les jeunes manifestent leur colère

Le verdict final du dossier des policiers impliqués dans l’accident mortel du jeune Adil est contesté par les jeunes d’Anderlecht. Pour manifester leur mécontentement, ils se...

Mort d’Adil à Anderlecht : ce que demandent des hommes politiques

Le député André Flahaut (PS) et Ecolo ont demandé, lundi 20 avril, la saisine du Comité permanent de contrôle des services de police (le Comité P). Il sera chargé d’examiner,...

Mort d’Adil à Anderlecht : la version des policiers

Sven Mary, l’avocat des policiers impliqués dans la mort d’Adil dans une course-poursuite à Anderlecht, donne sa version des faits et dénonce, par la même occasion, le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...