Bruxelles à la traîne sur les tests anti-discrimination à l’embauche

22 janvier 2021 - 10h30 - Belgique - Ecrit par : S.A

Première région à doter ses services d’inspection d’un outil de «  testing  » contre les discriminations à l’embauche, Bruxelles est aujourd’hui à la traîne.

Créé en octobre 2017, le dispositif vise à permettre à l’inspection régionale de pratiquer les techniques dites du « CV anonyme » et de « l’appel mystère », en vue d’enrichir des dossiers destinés à se retrouver entre les mains de la justice, fait savoir Le Soir. Seulement 3 ans après, les choses n’évoluent pas. Face au Parlement, le ministre de l’Emploi, Bernard Clerfayt (Défi) a fait le point. En 2018, l’inspection n’avait lancé que 4 procédures de testing sur base de 15 dossiers transférés par Unia et le Centre pour l’égalité hommes-femmes, 2 sur base de 19 dossiers en 2019 et enfin 6 dossiers ont traités en 2020 sans qu’aucun test ne soit effectué.

Le bilan est loin d’être satisfaisant. Pas parce que le problème de la discrimination à l’embauche n’existe pas mais parce que peu de dossiers ont été transmis jusqu’ici par Unia et l’Institut pour l’égalité hommes-femmes, explique Gerrit de Craen, directeur de l’inspection régionale de l’emploi. « On a encore eu une réunion avec eux avant la pandémie pour aborder le sujet. Mais pour l’instant, on ne sait pas expliquer pourquoi. Peut-être qu’il y a trop de barrières pour le dépôt de plaintes. » Maarten Huvenne, qui suit le dossier en tant que chef adjoint du service Soutien individuel d’Unia le confirme.

Pour M. Clerfayt, il est normal que tous les dossiers reçus par l’inspection ne donnent pas lieu à des tests. « Pour certains dossiers, des plaignants ne veulent finalement plus qu’on poursuive la procédure. Pour d’autres, on décide de régler un problème par la médiation. Est-ce que, du coup, le mécanisme est inefficace ? Non. Il est certainement efficace par le simple fait qu’il existe et que l’on peut toujours s’en saisir. » Le ministre assure par ailleurs qu’une procédure d’évaluation sera lancée cette année sous l’égide de Nawal Ben Hamou (PS, secrétaire d’État bruxelloise à l’Égalité des chances).

Face à la situation, certains partis veulent faire bouger les lignes. Le PTB a déposé la semaine dernière une proposition d’ordonnance visant à corriger les défauts de jeunesse du dispositif. Plusieurs membres de la majorité bruxelloise appellent, eux, à une réforme rapide. « Nous attendons du ministre qu’il travaille rapidement sur la loi pour la rendre plus efficiente », pointe Fadila Laanan chez les socialistes. « On ouvre des réflexions, comme sur l’éventualité d’envoyer des inspecteurs simuler de vrais entretiens d’embauche plutôt que de se contenter de faux CV », cite la députée Farida Tahar (Ecolo). L’écologiste dresse également la piste du data mining (exploration des données) pour identifier d’éventuelles entreprises à tester.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Emploi

Aller plus loin

France : SOS Racisme dévoile des discriminations en agence d’intérim

45 % des agences d’intérim en France acceptent de discriminer notamment les candidats d’origine étrangère à la demande de clients du BTP. C’est ce que révèle une enquête...

Les discriminations au logement encore présentes en Belgique

Selon une étude de la Vrije Universiteit Brussel réalisée dans la ville de Gand, et dont les résultats ont été publiés vendredi dans le journal De Morgen, la mise en place de...

En France, les Maghrébins discriminés en Master

En France, les candidats maghrébins qui déposent leur dossier pour faire un Master à l’université ont 12 % moins de chance d’obtenir une réponse. C’est ce que révèle une...

Bruxelles veut en finir avec les discriminations dans le logement

Les autorités bruxelloises ont annoncé jeudi, la mise en place de nouveaux outils visant à lutter plus efficacement contre les discriminations d’ordre ethnique, financier ou...

Ces articles devraient vous intéresser :

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc Telecom augmente de 10% le salaire de ses employés

Après une série de négociations, les employés de Maroc Telecom ont réussi à obtenir de la direction, une augmentation des salaires de 10 % avec effet rétroactif. Un accord a été signé dans ce sens entre les deux parties.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.