Casablanca dit non aux camions en centre-ville

12 février 2024 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La mairie de Casablanca a décidé de restreindre l’accès des poids lourds au centre-ville, afin de décongestionner le trafic routier.

Casablanca veut interdire l’accès des poids lourds au centre-ville notamment pendant la journée dans les prochaines semaines. Au total, plus de 1,5 million de véhicules circulent dans les artères de la capitale économique, selon les statistiques du ministère du Transport et de la logistique. En amont de la décision, le conseil de la ville a initié un premier projet au Maroc qui consiste à règlementer l’accès des poids lourds au centre-ville, rapporte Al Ahdath Al Maghribia. Il a donc élaboré un plan en trois axes pour décongestionner le trafic routier à l’intérieur du périmètre urbain, particulièrement pendant la journée.

À lire :Les camions interdits à Casablanca

La restriction de l’accès des poids lourds dans le périmètre urbain présente tout de même des avantages pour les sociétés, les centres commerciaux et les usines d’approvisionnement des produits de consommation. Ceux-ci pourront bénéficier de plateformes spécialisées dans la réception de toutes sortes de marchandises que la commune installera dans des zones logistiques dédiées. Des camions de petites tailles seront ensuite chargés de distribuer ces marchandises pendant des horaires fixés en dehors des heures de pointe. Ces camions circuleront sur la route 322 menant à Zenata.

À lire :La Mauritanie serre la vis aux camions marocains, l’Algérie en cause ?

Le Conseil de la ville prévoit également de construire de vastes entrepôts près des routes périphériques.

Sujets associés : Casablanca - Trafic - Routier

Aller plus loin

Casablanca : enfin débarrassée des camions ?

À Casablanca, les professionnels fustigent la décision d’interdiction de la circulation des camions poids lourds dans la ville qui entre bientôt en vigueur.

L’armée marocaine réceptionne des camions tout-terrain fabriqués en Inde

Les Forces armées royales (FAR) ont reçu un escadron de camions multi-essieux fabriqués par l’entreprise indienne Tata Motors.

La Mauritanie serre la vis aux camions marocains, l’Algérie en cause ?

Le gouvernement mauritanien a fortement augmenté les taxes douanières pour les camions transportant les marchandises marocaines vers le marché africain. Un coup dur pour les...

Des camions aménagés à prix d’or entre Tanger et Algésiras

La police nationale espagnole a démantelé une organisation criminelle qui transportait des migrants cachés dans des camions en provenance de Tanger vers Algésiras. En tout, 11...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici les projets d’autoroutes en cours au Maroc

Le Maroc met en œuvre des projets d’autoroutes et de route d’envergure. Certains affichent un taux de réalisation de 100 %, tandis que d’autres avancent à grands pas.

Bientôt une centaine de radars mobiles déployés au Maroc

120 nouveaux radars seront bientôt déployés dans plusieurs villes marocaines, pour renforcer la sécurité routière. Ces équipements ont été remis mardi, à la Gendarmerie Royale et à la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) (Police).

Maroc : les auteurs d’infractions routières plus durement sanctionnés

Au Maroc, certaines infractions routières seront plus sévèrement punies. Tel est le vœu de la Gendarmerie royale qui mise sur la correction de certaines lacunes judiciaires.

Autoroute Tanger Med, attention danger !

Les usagers de la route réclament la sécurisation de l’autoroute menant au port de Tanger Med où de nombreux cas d’accident continuent d’être enregistrés.

Aïd Al Adha : voici les recommandations d’Autoroutes du Maroc

En raison de la célébration de l’Aïd Al Adha qui coïncide avec les vacances d’été, la société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) informe les automobilistes que l’ensemble du réseau autoroutier connaîtra un trafic important ce week-end.

Autoroutes du Maroc sous le feu des critiques

De nombreux Marocains sont mécontents de la Société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM). À l’origine de ce mécontentement, la mauvaise qualité des aires de repos et de la cherté de leurs produits et services.

Maroc : Laftit veut mettre fin à « l’héritage » des agréments de taxis

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a décidé d’encadrer le transfert des agréments des taxis. De nouvelles conditions ont été ainsi définies.