Ceuta et Melilla, au cœur de la crise entre le Maroc et l’Espagne

19 février 2021 - 10h20 - Ecrit par : A.P

Ceutaet Melilla vivent une crise économique sévère depuis la fermeture des frontières avec le Maroc le 20 mars 2020. Les deux enclaves espagnoles n’en peuvent plus de cette situation qui a entraîné l’arrêt du commerce informel dont profite la majorité des populations.

La crise économique née de la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Espagne, se ressent des deux côtés de la frontière. À Fnideq, où près de 10 000 personnes ont perdu leur emploi et se retrouvent sans revenus du fait de cette fermeture, les habitants ont manifesté les 5 et 12 février derniers pour exiger un plan de relance économique. Une enveloppe de 400 millions de dirhams (37 millions d’euros) avait été débloquée en 2020 par le gouvernement pour la construction d’une zone industrielle à Fnideq, M’diq et Tétouan en s’appuyant sur les ports de Tanger Med et Beni Ansar, ainsi que les aéroports d’Al Hoceima et de Nador.

Les deux enclaves espagnoles, Ceuta et Melilla, depuis la fin des années 1980, se sont spécialisées dans l’importation des produits d’Asie et le commerce de contrebande des produits de première nécessité dans le nord du Maroc, notamment à Fnideq, M’diq ou Nador. Un commerce qui, avant la fermeture des frontières, générait près de 1,5 milliard d’euros par an, et qui échappaient au trésor marocain. Ce qui a amené les autorités marocaines à fermer, le 1ᵉʳ août 2018, la douane commerciale de Melilla, sans en informer Madrid. À Ceuta, Rabat a fermé la frontière à la contrebande le 7 octobre 2019, sans consulter le gouvernement espagnol. Cette décision unilatérale a aussi eu un impact énorme sur la ville, le volume des exportations irrégulières ayant atteint 750 millions d’euros.

Les élus et la société civile de Ceuta et Melilla n’ont pas manqué de dénoncer cette tentative du Maroc d’asphyxier économiquement les deux villes. Du côté du Maroc, les autorités prônent, selon certaines sources diplomatiques, « un dialogue » avec l’Espagne. Mais, la réalité montre que la tension entre les deux gouvernements est vive. En témoignent l’annulation à la dernière minute, le 17 décembre dernier, du sommet Maroc-Espagne, et la réaction, le 3 février, de Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, à propos du mauvais traitement subi par de jeunes migrants marocains aux Îles Canaries.

Par ailleurs, au-delà de Ceuta et Melilla, la question du Sahara est au cœur de la crise entre le Maroc et l’Espagne, surtout après la reconnaissance de la souveraineté marocaine au Sahara par Donald Trump.

Tags : Espagne - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Melilla - Crise économique - Contrebande - Nasser Bourita

Aller plus loin

L’Espagne se « réarme » face au Maroc

La souveraineté de l’Espagne serait menacée par le Maroc qui revendiquerait les enclaves de Ceuta et Melilla, indique un rapport de l’armée et du ministère espagnol de la Défense...

Pedro Sanchez accueilli sous les huées et insultes à Sebta

En visite ce mardi, pour la première fois à Sebta, le président du gouvernement d’Espagne, Pedro Sanchez a essuyé dès son arrivée, de nombreuses huées et insultes de la part des...

L’espagnolité de Ceuta et Melilla « est incontestable et non négociable »

Le Parti socialiste de Melilla a affirmé que l’espagnolité de Ceuta et Melilla « est incontestable et non négociable » pour le gouvernement.

Le Maroc chercherait la « co-souveraineté » de Sebta et Melilla

Les tractations diplomatiques sont en cours pour le rétablissement rapide des relations entre l’Espagne et le Maroc. Les autorités espagnoles travaillent activement pour une...

Nous vous recommandons

Combien coûte la Volkswagen d’Achraf Hakimi ?

Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), Achraf Hakimi, roule avec une Volkswagen édition spéciale (Golf 7 R) que très peu de gens peuvent s’offrir. Combien coûte ce bijou  ?

Arrestation d’un célèbre hacker après deux ans d’enquête au Maroc

Interpol a annoncé avoir arrêté un hacker au Maroc, grâce à une enquête menée en collaboration avec la police marocaine et un groupe privé spécialisé dans la cybersécurité.

600 000 foyers privés d’électricité sur une ligne haute tension entre l’Espagne et le Maroc

Une panne généralisée d’électricité dans toute l’Espagne survenue samedi, a plongé la moitié de Malaga dans le noir pendant environ une heure. La situation s’est progressivement rétablie.

Maroc : elle transforme le brouillard en eau potable

Au Maroc, une femme a développé une idée pour le moins brillante pour éviter des pénuries d’eau dans une région du royaume touchée par des sécheresses à répétition.

Maroc : quelles sont les régions créant le plus de richesses ?

Les comptes régionaux pour 2019 sont désormais disponibles. Le Grand Casablanca, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima sont les trois régions qui contribuent à plus de la moitié du PIB marocain.

Italie : les corps sans vie de deux SDF marocaines retrouvés à Milan

La police a retrouvé les corps sans vie de deux SDF marocaines dans un champ de maïs près de Milan. Le propriétaire du champ a été placé en garde à vue.

TUI annule ses vols vers le Maroc

TUI UK, la branche britannique du voyagiste allemand, a décidé d’annuler les vols vers le Maroc et d’autres destinations jusqu’au mois d’août. En cause, la crise due au Coronavirus.

Les Marocains risquent de payer plus cher leur pain

La hausse des prix des produits entrant dans la fabrication du pain et ses dérivés angoisse de plus en plus les boulangers marocains. Ils prévoient même d’augmenter le prix du pain en raison de cette situation qui s’ajoute aux impacts de la crise...

Trois entreprises espagnoles présélectionnées pour la construction de l’usine de dessalement de Casablanca

Les sociétés espagnoles Acciona, Abengoa et Lantania font partie des trois groupes qui ont été présélectionnés pour la construction d’une grande usine de dessalement dans la région de Casablanca au...

Pedro Sanchez est le « seul responsable » de la crise avec le Maroc

Le Parti populaire (PP) a accusé mercredi le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, d’être « le seul responsable » de la crise ouverte avec le Maroc après l’entrée en Espagne de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario. « seul responsable...