Ceuta et Melilla, au cœur de la crise entre le Maroc et l’Espagne

19 février 2021 - 10h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Ceutaet Melilla vivent une crise économique sévère depuis la fermeture des frontières avec le Maroc le 20 mars 2020. Les deux enclaves espagnoles n’en peuvent plus de cette situation qui a entraîné l’arrêt du commerce informel dont profite la majorité des populations.

La crise économique née de la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Espagne, se ressent des deux côtés de la frontière. À Fnideq, où près de 10 000 personnes ont perdu leur emploi et se retrouvent sans revenus du fait de cette fermeture, les habitants ont manifesté les 5 et 12 février derniers pour exiger un plan de relance économique. Une enveloppe de 400 millions de dirhams (37 millions d’euros) avait été débloquée en 2020 par le gouvernement pour la construction d’une zone industrielle à Fnideq, M’diq et Tétouan en s’appuyant sur les ports de Tanger Med et Beni Ansar, ainsi que les aéroports d’Al Hoceima et de Nador.

Les deux enclaves espagnoles, Ceuta et Melilla, depuis la fin des années 1980, se sont spécialisées dans l’importation des produits d’Asie et le commerce de contrebande des produits de première nécessité dans le nord du Maroc, notamment à Fnideq, M’diq ou Nador. Un commerce qui, avant la fermeture des frontières, générait près de 1,5 milliard d’euros par an, et qui échappaient au trésor marocain. Ce qui a amené les autorités marocaines à fermer, le 1ᵉʳ août 2018, la douane commerciale de Melilla, sans en informer Madrid. À Ceuta, Rabat a fermé la frontière à la contrebande le 7 octobre 2019, sans consulter le gouvernement espagnol. Cette décision unilatérale a aussi eu un impact énorme sur la ville, le volume des exportations irrégulières ayant atteint 750 millions d’euros.

Les élus et la société civile de Ceuta et Melilla n’ont pas manqué de dénoncer cette tentative du Maroc d’asphyxier économiquement les deux villes. Du côté du Maroc, les autorités prônent, selon certaines sources diplomatiques, « un dialogue » avec l’Espagne. Mais, la réalité montre que la tension entre les deux gouvernements est vive. En témoignent l’annulation à la dernière minute, le 17 décembre dernier, du sommet Maroc-Espagne, et la réaction, le 3 février, de Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, à propos du mauvais traitement subi par de jeunes migrants marocains aux Îles Canaries.

Par ailleurs, au-delà de Ceuta et Melilla, la question du Sahara est au cœur de la crise entre le Maroc et l’Espagne, surtout après la reconnaissance de la souveraineté marocaine au Sahara par Donald Trump.

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Melilla - Crise économique - Contrebande - Nasser Bourita

Aller plus loin

L’espagnolité de Ceuta et Melilla « est incontestable et non négociable »

Le Parti socialiste de Melilla a affirmé que l’espagnolité de Ceuta et Melilla « est incontestable et non négociable » pour le gouvernement.

Espagne : le Parti populaire contre le « dialogue » avec le Maroc sur Ceuta et Melilla

Le Parti populaire (PP) n’approuve pas le « dialogue sans tabous » sur le Sahara et sur Ceuta et Melilla, annoncé par le ministre des Affaires étrangères espagnol dans le cadre...

L’Espagne demande l’aide de l’Otan pour protéger Ceuta et Melilla

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, rencontre demain lundi, Joe Biden, en marge du sommet de l’OTAN. La crise migratoire avec le Maroc sera sans doute au cœur...

Sahara : la position de l’Union européenne (toujours) attendue

Après avoir affiché pendant longtemps la neutralité dans le dossier du Sahara, l’Europe ne semble pas prête à soutenir le plan d’autonomie proposé par le Maroc. La...

Ces articles devraient vous intéresser :

Josep Borrell « indésirable » à Rabat

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annulé une réunion prévue en septembre à Rabat avec le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, la jugeant « inappropriée » après la récente...

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Les contrebandiers profitent de l’opération Marhaba (MRE)

L’opération Marhaba dédiée aux Marocains résidant à l’étranger est une opportunité pour certains commerçants qui n’hésitent pas à passer en contrebande des marchandises à caractère commercial ou prohibé.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Le Maroc compte sur ses consulats pour protéger les enfants de MRE

Des actions seront mises en place pour contrer les problèmes liés au retrait de la garde des enfants des ressortissants marocains par les services sociaux de divers pays européens, a promis le ministre marocain des Affaires étrangères, de la...