Le Maroc chercherait la « co-souveraineté » de Sebta et Melilla

27 juillet 2021 - 14h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les tractations diplomatiques sont en cours pour le rétablissement rapide des relations entre l’Espagne et le Maroc. Les autorités espagnoles travaillent activement pour une revue complète de la coopération avec Rabat, notamment en ce qui concerne l’épineuse question de Ceuta et Melilla.

La diplomatie secrète est très active pour aboutir au rétablissement rapide des relations entre les deux pays, confirment des sources diplomatiques espagnoles à El Pais. D’intenses démarches ont été menées auprès du Maroc par l’intermédiaire du Haut-commissaire de l’UE, Josep Borrell, et d’autres membres de la Commission européenne et des contacts directs ont été également établis, font savoir les mêmes sources. L’ambassadeur d’Espagne à Rabat, Ricardo Díez-Hochleitner, et la directrice générale du Maghreb, Eva Martinez, qui a quitté son poste mardi dernier, ont échangé entre juin et début juillet, avec l’ambassadrice Karima Benyaich qui continue de s’occuper des relations avec l’Espagne depuis Rabat, informe-t-on.

À lire : Le nouveau ministre Albares veut «  renforcer les relations avec le Maroc  »

Pour éviter que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets à l’avenir, l’Espagne propose une révision complète des relations bilatérales avec le Maroc, ce qui permettra de clarifier la position de chacun sur les sujets épineux comme le Sahara ou la souveraineté sur Ceuta et Melilla. Il faudra beaucoup de temps pour parvenir à accord aussi ambitieux, reconnaissent les sources diplomatiques. « Les déclarations [d’Albares] sont certainement un premier pas vers l’apaisement des tensions entre les deux pays. Cependant, il est nécessaire de s’asseoir autour d’une table pour discuter des causes profondes de la crise ».

À lire : Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne, ouverte depuis avril avec l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital de Logroño en Espagne, perdure. La crise migratoire survenue en mai, avec l’arrivée massive de migrants marocains à Ceuta, a ravivé les tensions qui couvaient en réalité depuis décembre en raison du refus de l’Espagne de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara comme l’ont fait les États-Unis sous Trump. Le Maroc a rappelé son ambassadrice à Madrid, Karima Benyaich, pour des consultations à Rabat. Mi-juillet, le président du gouvernement Pedro Sanchez a remercié son ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, pour tenter d’« apaiser » la tension avec le Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Coopération - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Melilla - Sahara Occidental - Brahim Ghali

Aller plus loin

Le Maroc dément le départ à Sebta de d’éléments des Forces auxiliaires

Les informations selon lesquelles quatre éléments des Forces auxiliaires auraient rejoint clandestinement la ville de Sebta sont fausses, vient de démentir le ministère de...

La question du Sahara brouille les relations entre l’Espagne et le Maroc

Le Maroc et l’Espagne partagent des intérêts communs dans les domaines de l’immigration, de la sécurité et de la pêche. Pourtant, les relations entre les deux pays restent...

Le nouveau ministre Albares veut «  renforcer les relations avec le Maroc  »

Le tout nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a officiellement pris fonction ce lundi. Dans son discours, le nouveau patron de la diplomatie...

Sebta et Melilla : une co-souveraineté entre l’Espagne et le Maroc d’ici 2030 ?

L’expert en renseignement, Fernando Cocho, a déclaré avoir découvert dans des rapports l’existence d’un accord entre l’Espagne et le Maroc pour établir une sorte de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Comment le Maroc et Israël renforcent leur coopération militaire

Depuis la normalisation de leurs relations en décembre 2020, le Maroc et Israël travaillent à renforcer leur coopération militaire au grand dam de l’Algérie, qui craint pour sa sécurité.

Le Maroc aurait réceptionné des drones SpyX israéliens

Les Forces armées royales (FAR) marocaines auraient réceptionné un lot de drones suicides SpyX développés par la société israélienne BlueBird Aero System.

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...