Bientôt une loi interdisant les chiens dangereux au Maroc

3 mai 2012 - 19h35 - Maroc - Ecrit par : J.L

Posséder un chien de race pitbull, rottweiler, staff, molosse ou boerboel, pourrait bientôt être passible d’une peine de prison et d’une amende pouvant atteindre 20.000 dirhams. C’est en tout cas ce qui ressort d’un projet de loi proposé par le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser.

D’après le texte, 50.000 Marocains sont annuellement mordus par des chiens. Pourtant aucune loi n’existe à ce jour, afin de protéger les personnes du danger que représentent ces chiens.

D’après Mohand Laenser, une nouvelle forme de criminalité est née avec l’arrivée de ces chiens au Maroc. Certains utilisent ces bêtes pour agresser les passants, d’autres pour empêcher les Forces de l’ordre de faire leur travail, comme le démontre le cas d’un policier contraint d’utiliser son arme contre le chien d’un trafiquant de drogue à Beni Mellal.

Dans de nombreuses villes marocaines, de violents combats de chiens sont organisés, un phénomène qui attire de plus en plus de jeunes parieurs. Ce commerce rapporte gros aux éleveurs clandestins de chiens dangereux, notamment à Casablanca.

En 2008, un pitbull s’était attaqué à une fillette de 9 ans en patins à roulettes, au quartier Islane à Casablanca. Il avait fallu cinq personnes pour immobiliser le molosse. Malgré plusieurs interventions chirurgicales, la fillette a dû être amputée d’une jambe six mois plus tard.

Depuis, son père Azzouz Awane, mène un combat acharné pour l’interdiction de chiens dangereux. Il est aujourd’hui à la tête d’une association baptisée au nom de sa fille "Association Najwa des victimes de chiens" (ANVC).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Lois - Nature - Mohand Laenser - Prison - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : un policier neutralise un pitbull « utilisé comme une arme » à Fès

Un pitbull appartenant à un individu poursuivi pour coups et blessures et trafic de drogue a été neutralisé par une patrouille de police à Fès.

Casablanca : vers la stérilisation de plus de 6 000 chiens et 551 chats

Le comité chargé de la lutte contre les nuisibles et les animaux errants à Casablanca, a procédé à la capture de plus de 6 000 chiens et 551 chats errants en vue de leur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Maroc : bonne nouvelle pour ceux qui aiment les Hammams

Les Marocains pourront fréquenter les hammams, restés en partie fermés depuis plusieurs semaines suite à une note du ministère de l’Intérieur, pendant le ramadan. Dimanche, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que le mois sacré...

Le Maroc en croisade contre la mendicité

Malgré les efforts fournis pour l’éradiquer, la mendicité a la peau dure. Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit sonne la mobilisation contre ce phénomène qui génère plusieurs milliards chaque année.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Maroc : des caméras de surveillance pour lutter contre la mendicité

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’installation de caméras de surveillance dans les principales villes du royaume en vue de lutter contre la mendicité.

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.