Comment le Maroc est devenu un géant agricole grâce à l’Espagne

8 février 2024 - 11h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Après la signature de l’accord de libre-échange avec les États-Unis en 2004-2005, le Maroc a attiré les investisseurs étrangers pour exploiter une partie de ses terres agricoles. Une aubaine saisie par de nombreuses entreprises espagnoles, contribuant ainsi au développement du secteur primaire du royaume.

« Le modèle d’agriculture marocaine qui a triomphé et dans lequel il est maintenant fort est une copie de la partie semi-désertique du sud de l’Espagne et partage également ses problèmes. La zone de la vallée du Souss, où se concentrent la plupart des cultures, suit le modèle d’Almeria. De grandes serres au milieu du désert et près de la mer, où l’on cultive des tomates, des poivrons, des haricots verts, des concombres, etc. », explique Tomás García Azcárate, chercheur à l’IEGD-CSIC et économiste agricole.

Sur Google Maps, la ressemblance entre la vallée du Souss, dans le sud-ouest du Maroc, et El Ejido à Almeria est frappante, fait savoir El Confidencial. Depuis l’accord commercial avec l’UE en 2012, le Maroc a considérablement augmenté sa production de fruits et légumes. Selon les données de l’ICEX, 30 entreprises espagnoles sur les 300 installées au Maroc, investissent dans le secteur agricole. Cette zone, proche du port d’Agadir, attire les filiales d’Abengoa, de CaixaBank et de Perichan, l’un des principaux fournisseurs de fruits et légumes de Mercadona.

À lire : Espagne vs Maroc : la guerre des tomates s’intensifie

Depuis le début de la dernière décennie, ces entreprises espagnoles ont commencé à rencontrer des problèmes au Maroc, dont les grèves des travailleurs marocains sur les plantations, exigeant de meilleures conditions de travail, la crise du Covid-19, et la dernière en date, la sécheresse sévère qui frappe le royaume depuis trois ans. Toutes ces crises affectent le rendement des producteurs espagnols au Maroc, renseigne García Azcárate qui est conscient du poids du Maroc dans les exportations mondiales de fruits et légumes.

« Il est évident que le Maroc fait concurrence et nuit à une économie comme la nôtre, qui est clairement orientée vers l’exportation et favorable au commerce. Mais ce n’est pas différent de beaucoup d’autres secteurs dans lesquels les pays ayant des coûts moins élevés tentent de conquérir des marchés en profitant de leurs cartes. On parle de concurrence déloyale, mais il s’agit d’un délit pénal qui doit être prouvé », explique-t-il, précisant par ailleurs que l’arrivée des tomates marocaines sur le marché de l’UE a fait perdre à l’Espagne son hégémonie.

Sujets associés : Espagne - Agriculture - Almeria

Aller plus loin

La pastèque marocaine supplante l’espagnole en Europe

Le Maroc a vendu 248,8 % de pastèques de plus que l’Espagne sur les marchés de l’Union européenne (UE) au cours du mois d’avril, selon les données des services statistiques...

Tomates en Europe : Le Maroc en plein essor, l’Espagne en déclin

La tomate marocaine a dépassé l’espagnole dans l’UE en 2022, avec un volume de 740 millions de kilos exportés, notamment vers la France, contre un peu plus de 600 millions pour...

Espagne vs Maroc : la guerre des tomates s’intensifie

Les agriculteurs espagnols continuent de dénoncer les facilités accordées par l’Union européenne (UE) au Maroc pour importer sur le marché communautaire de la tomate et d’autres...

Les fruits et légumes marocains très prisés dans les supermarchés européens

Alors qu’il continue de développer et moderniser son secteur agricole et agroalimentaire, le Maroc a progressivement conquis le marché européen, devenant aujourd’hui le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Le Maroc capable d’établir un record en matière d’exportations d’avocats

Le Maroc a enregistré une hausse record de ses exportations d’avocats en volume au cours de la saison et pourrait rééditer l’exploit au cours de la saison 2022/23 (juillet-juin).

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.