Contrat de travail à durée déterminée : quand faut-il licencier ?

28 août 2020 - 18h30 - Economie - Ecrit par : I.L

La procédure de licenciement dans un contrat de travail à durée déterminée est décriée en raison de quelques difficultés de compréhension. Des spécialistes du domaine ont clarifié les conditions de rupture de ce type de contrat avec les activités saisonnières à la lumière du décret sur les modalités du CDD.

Ce décret a été adopté et publié au journal officiel après 16 ans d’attente, rappelle l’Économiste. Selon Mohamed Emtil, arbitre social, l’article 33 du code de travail dispose que “le contrat de travail à durée déterminée prend fin au terme fixé par le contrat ou par la fin du travail qui a fait l’objet du contrat”. Pour l’expert, l’employeur peut rompre le contrat avant terme de manière unilatérale à condition de verser des dommages-intérêts au salarié. S’agissant du montant, il équivaut à la somme des salaires correspondant à la période restante du contrat, sans l’ajout d’une indemnité supplémentaire.

Rappelant la problématique des dommages et intérêts, l’article 33 précise qu’ils ne sont dus qu’en cas de faute grave ou de force majeure avérée. Le cas majeur peut intervenir lorsque ces trois critères définis sont réunis. Il s’agit de l’imprévisibilité, de l’indépendance et de l’irresponsabilité.

Quant à Me Kamal Habachi, avocat d’affaires associé au cabinet HB Law Fir, il a apprécié le nouveau code du travail dans les cas où l’activité est saisonnière. Selon l’avocat, l’employeur est obligé dans les cas où la durée du contrat de travail dépasse largement la durée des travaux à réaliser de transformer le CDD en un CDI.

“L’employeur ne peut pas reconduire le contrat pour une durée complémentaire avec la même personne, à moins qu’il ne compte requalifier le CDD en CDI” prévient-il. À l’en croire, le travailleur est souvent favorisé devant le juge au détriment de son patron. “C’est l’une des failles de la loi que redoutent le plus les investisseurs. D’autant que le caractère saisonnier de certaines activités est exacerbé par le cas de force majeure.”, a-t-il déploré.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Emploi

Aller plus loin

Maroc : la réforme du code de travail divise patronat et syndicalistes

La réforme du Code du travail est sur la table des négociations entre le patronat et les syndicalistes au Maroc. La bataille s’annonce intense, puisque les syndicats appellent à...

Enquête du HCP : les Marocains faiblement protégés dans le monde du travail

En 2021, la majorité des Marocains n’avaient pas de contrat formalisant leur relation avec leur employeur, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Les banques, en tête des recrutements au Maroc

Les banques marocaines ont beaucoup recruté cette année. Elles ont eu recours à des profils ITrecrutements ainsi qu’à des candidats expérimentés ou titulaires d’un BAC+5.

Ces articles devraient vous intéresser :

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.