Covid-19 : le Maroc face à une nouvelle recrudescence de contaminations

24 juillet 2021 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

En seulement quelques jours, une hausse de 91% des cas positifs au Covid a été enregistrée au Maroc. Face à cette situation qui engendre une forte pression dans les services de réanimation, chaque Marocain doit faire de son mieux pour éviter le pire.

Au cours de la période allant du 6 au 19 juillet, les cas positifs au Covid sont montés en flèche. « Les nouvelles contaminations graves sont passées de 236 à 413 lundi, soit une augmentation de 75 % et le bilan total des décès a atteint 9466 cas au 19 juillet 2021, soit un taux de létalité de 1,7 %, en dessous de la moyenne mondiale établie à 2,2 % », a indiqué le chef de la division des maladies transmissibles, Abdelkrim Meziane Bellefquih, lors de sa présentation du bilan bimensuel de la situation épidémiologique, soulignant que cette tendance concerne toutes les régions du pays sans exception. De son côté, le chef du service de réanimation au CHU Ibn Rochd, Pr Houssine Barrou, joint par Le Matin, prévient contre la progression de la situation des admis en réanimation et du nombre de décès parmi les jeunes. Ainsi, un troisième service de 24 lits vient d’être ouvert pour accueillir les cas graves.

Par ailleurs, ce ne sont ni les moyens, ni les structures, médicaments, ou équipements qui manquent vraiment pour lutter contre ce fléau, mais plutôt, la prise de conscience effective des citoyens face au danger que présente la situation, a ajouté le responsable, soulignant qu’il reste « pessimiste » pour les prochains jours, vu les rassemblements, dont les célébrations de mariage, des fêtes et autres observés ces derniers temps, tout en rappelant que des situations similaires ont conduit à une catastrophe l’année dernière.

Il importe donc que les citoyens prennent leurs responsabilités et qu’ils soient solidaires pour une lutte efficace contre la pandémie. Déjà, le Pr Barrou invite la population à se faire vacciner car « le service de réanimation est plein à craquer de gens non vaccinés et qui présentent des formes graves de la maladie. C’est sérieux, il faut absolument se rendre aux centres de vaccination pour se faire vacciner », a-t-il lancé. De plus, le respect des consignes du ministère de la Santé est toujours à l’ordre du jour. Sans oublier qu’un possible reconfinement est envisageable si la situation persiste.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Machines à oxygène : le spectre d’une pénurie au Maroc

Avec l’augmentation du nombre de contaminations au Covid-19 et la saturation des hôpitaux, la demande de machines à oxygène a explosé. Les prix grimpent et les professionnels...

Recrudescence Covid-19 : le gouvernement marocain exhorte au strict respect des dispositions restrictives

La recrudescence des cas positifs au Covid-19 au Maroc durant les deux dernières semaines préoccupe le ministère de la Santé. Aussi, appelle-t-il à plus de vigilance et à un...

Le Maroc se dirige-t-il vers un nouveau confinement ?

Le Maroc s’achemine-t-il vers le retour du télétravail, le couvre-feu à longue durée, l’interdiction de manifestations et même de déplacement ? Une hypothèse inévitable au...

Jemaa El Fna se mobilise contre le Covid-19

Le retour de l’animation à Jemâa El Fna a poussé des associations de la société civile à organiser, dimanche soir, une large campagne de sensibilisation des citoyens sur la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.