Covid-19 : les musiciens réclament le soutien de l’Etat

2 décembre 2020 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : I.L

Alors que certains secteurs d’activité de l’économie ont repris, l’industrie du spectacle n’a toujours pas relancé ses activités malgré les nombreux appels à reprendre adressées aux autorités sanitaires.

Les spectacles, les événements festifs sont encore proscrits au Maroc et les acteurs de ce secteur paient un lourd tribut, rapporte Le360. Ils sont au chômage depuis plus de 8 mois et sans aucune aide du gouvernement. Pour Karim Tadlaoui, artiste, chanteur et musicien, cet arrêt des activités dû à la crise sanitaire du coronavirus a « causé beaucoup de torts et de problèmes » au point d’amener certains collègues à envisager le changement de métier. L’artiste a dès lors invité les autorités compétentes à réfléchir afin de trouver une solution durable pour soutenir les acteurs de ce secteur. « Dans les mentalités, on ne peut pas comparer un artiste, un musicien à un médecin, un avocat ou un architecte, il est toujours dévalorisé, cela n’existe dans aucun pays », a-t-il martelé.

Selon Karim Tadlaoui, Shehrazade, violoniste, professeure de musique, les artistes et les musiciens en particulier souffrent d’un manque de reconnaissance. Il y a 9 mois, cette jeune femme participait à plusieurs événements festifs et dispensait des cours de musique dans les écoles. Elle subvient aux besoins de sa famille grâce à ces activités. Le Covid-19 en a décidé autrement. A l’en croire, les écoles de musique n’embauchent plus et elle se retrouve désormais sans argent. "Au Maroc, l’artiste n’a aucune valeur, il est toujours dévalorisé, alors que nous créons de la joie », s’est-elle désolée.

Amine, chef d’orchestre et directeur artistique d’un des plus grands shows de la corniche casablancaise assure que près de 3 000 artistes et musiciens employés par les établissements de nuit de Aïn Diab sont désormais au chômage. "Notre seul gagne-pain c’est notre métier, l’animation dans les restaurants dans les établissements de nuit, les fêtes… Notre secteur est à l’arrêt complet. Ceux qui avaient épargné un peu d’argent sont en train de l’utiliser, et ceux qui n’avaient pas d’épargne ont vraiment souffert. Nous passons tous par une situation financière très difficile (…), a-t-il précisé.

Cette situation de précarité a permis à certains d’entre eux de comprendre un peu tardivement la nécessité de fédérer leurs efforts. "Ce qui doit changer, c’est que nous devons nous fédérer. Nous devons trouver une solution pour que les syndicats existants puissent se réunir en un seul, pour sortir de l’informel. L’anarchie, le manque de structures et l’informel a joué contre nous", regrette l’artiste et musicien Bouchaib Lhrizzi.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Musique - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Marrakech connaît une crise sans précédent

Marrakech a perdu ses millions de touristes en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Professionnels, employés, commerçants font face à une dure et douloureuse réalité.

Covid-19 : la culture, un secteur toujours très affecté par la crise sanitaire

Au nombre des secteurs qui ont été sérieusement impactés par la pandémie du Covid-19, il y a celui de la culture. Même si le fort taux de vaccination et la baisse conséquente...

Maroc : ce que proposent les acteurs de l’évènementiel pour sortir la tête de l’eau

Contraints à l’arrêt de leurs activités depuis mars dernier, les professionnels de l’évènementiel lancent une fois encore un SOS au gouvernement. Ils l’invitent à autoriser...

Maroc : travailleurs, artistes et musiciens sur la paille

Contrairement aux souks, les plages, les cafés-restaurants, les cabarets et des discothèques n’ont pas été autorisés à rouvrir dans le cadre des mesures d’allègement du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Saad Lamjarred sanctionné par Youtube ?

Le chanteur marocain Saad Lamjarred explique les raisons qui seraient derrière la baisse inquiétante du nombre de vues de ses chansons sur la plateforme YouTube.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Khtek, rappeuse marocaine, se confie sur sa maladie

Dans une interview, la rappeuse marocaine Khtek, de son vrai nom Houda Abouz, se confie sur sa bipolarité. La musique lui sert de thérapie, mais aussi de canal de sensibilisation.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Le chanteur Ihab Amir au cœur d’une polémique

Une réponse du chanteur Ihab Amir à un de ses abonnés Instagram suscite la controverse au Maroc.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Rap en darija : La spécificité linguistique du rap marocain

Dans un entretien à TV5 Monde, Anissa Rami, journaliste spécialiste du rap revient sur les origines du rap marocain et son évolution dans le temps.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Le Maroc prépare les aéroports de demain

Le Maroc prévoit de se doter d’un nouveau Schéma directeur aéroportuaire national à l’horizon 2045, le dernier élaboré en 2013 étant devenu obsolète.