Les activistes trouvent une astuce pour l’officialisation de l’amazighe

20 août 2021 - 13h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Bon nombre d’activistes connus pour leur défense de la cause amazighe se lanceront dans la course aux élections du 8 septembre prochain. De quoi permettre d’accélérer la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe dans divers aspects de la vie publique.

Plusieurs membres du Front d’action amazighe se présenteront aux élections collectives et régionales prévues le 8 septembre, rapporte Hespress. À Tiznit, Bachir Ahdar du Front d’action amazigh et Leila Dghrni, la nièce du militant politique décédé Ahmed Dghrni représenteront respectivement l’Union constitutionnelle (UC) et le Parti de la gauche verte (PGV) aux prochaines élections communales.

À lire : Maroc : les Amazighs dénoncent le « génocide linguistique »

Le militant amazigh Youssef Ouzket et Hassan Zwawi sont tous deux candidats aux prochaines élections à Tinghir. Le premier est mandataire de la liste régionale du Parti authenticité et modernité (PAM), tandis que le second est tête de la liste du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Quant à Hamid Nogho, il se présentera cette fois sous la bannière du Mouvement démocratique et social (MDS) en non de l’Union socialiste des forces populaires (USFP).

Selon Bachir Ahdar, les membres du mouvement amazigh qui ont choisi la participation cette année justifient cette position par l’absence d’un parti démocratique qui a une idéologie purement amazighe. « Les pratiques actuelles ne devraient pas empêcher les militants amazighs de s’impliquer dans l’action politique, en ce sens qu’en se présentant aux élections sous certaines couleurs partisanes ne signifie pas que les candidats trouvent ce qu’ils veulent en ces partis, mais c’est plutôt une façon d’agir dans le monde de la politique, car le changement doit venir de l’intérieur des institutions », a-t-il ajouté.

À lire : Un nouveau plaidoyer pour la reconnaissance du nouvel an amazigh

« La participation de militants amazighs aux prochaines échéances électorales est une initiative louable, car elle est conforme à nos slogans qui appellent à la participation politique malgré toutes les contraintes », estime pour sa part Mohieddine Hajjaj, coordinateur du Front d’action amazigh. Toutefois, de bon nombre d’entre eux « se heurtent à certaines pratiques partisanes internes », a-t-il relevé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Elections - Tiznit

Aller plus loin

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa...

Pour que Yennayer devienne jour férié au Maroc

Les députés du Parti du progrès et du socialisme (PPS) ont appelé le gouvernement à décréter le nouvel an amazigh jour férié, chômé et payé.

Parlement marocain : les traductions en amazigh démarrent la semaine prochaine

À compter de lundi prochain, les questions orales à la Chambre des Représentants seront simultanément traduites en arabe et en amazigh.

Présentation à Rabat du premier manuel scolaire en langue amazighe

L’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) a organisé mercredi à Rabat une rencontre consacrée à la présentation du premier manuel scolaire en langue amazighe.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...

Des erreurs sur les panneaux d’autoroutes marocaines

Le député Kamal Ait Mik, membre du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des conseillers, a relevé des erreurs dans l’écriture des mots amazighs sur les panneaux de signalisation routière.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Le Groupe Barid Al-Maghrib promeut la langue amazighe

Le Groupe Barid Al-Maghrib entend intégrer la langue amazighe dans ses services. Dans ce sens, il a signé une convention de partenariat avec l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM).

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.