Absence de certains cadres PJD aux élections : retraite politique ou peur d’échouer ?

14 août 2021 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Plusieurs membres influents du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ne seront pas en lice pour les prochaines législatives prévues pour septembre. Retraite politique ou peur d’échouer ? Des observateurs se sont prononcés sur la question.

Pour les prochaines échéances électorales, certains ténors PJD tels que Abdelaziz Aftati, Abdelillah Benkirane et Abdelhak El Arabi ont décidé de ne pas se porter candidats

Approché par Hespress, Mustapha Bougarn, chercheur sur les mouvements islamistes, a affirmé que la procédure de désignation des candidats est l’une des causes de cette défection. Il met en avant les textes très contestés du parti qui stipulent qu’aucun membre ne peut porter candidat lui-même. Le choix revenant aux dirigeants de désigner les représentants. Pour cela, le chercheur rejette la thèse du renoncement.

À cet effet, il prend en exemple Amina Maelainine, qui fait partie des leaders influents au sein du PJD et qui a accumulé une importante expérience politique. Elle ne renoncerait pas aux élections si elle avait été désignée, assure-t-il.

Quant à savoir si ces cadres du parti ont peur d’un échec aux élections, le chercheur a estimé que cette question est liée au parcours de chacune des personnes concernées et à son statut au sein et à l’extérieur du parti.

Il estime qu’à titre d’exemple, le refus d’Abdelillah Benkirane de se présenter aux élections « n’a rien à voir avec un renoncement ou une peur de l’échec » mais c’est parce qu’il rejette les choix d’El Othmani à la tête du PJD et du gouvernement allant jusqu’à le qualifier de la « honte du parti ».

Pour sa part, Abdelaziz Aftati, membre du secrétariat général du parti islamiste a soutenu que ces absences se justifient parfois par le désir du parti de renouveler ses compétences. Il ne s’agit ni d’exclusion, ni de marginalisation ou d’omission de certains noms pour les candidatures aux prochaines élections.

A lire : Les raisons de la suppression de certains membres du PJD des listes électorales

« En ce qui me concerne, j’ai décidé de renoncer aux Conseils élus depuis 2015 pour mener la bataille contre la corruption et afin de me consacrer entièrement à ceux qui sont au sommet », notant qu’« il y a beaucoup de compétences au sein du parti et des propositions sont en délibération », a déclaré Aftati.

Certaines exclusions sont motivées par des appréciations de la section locale sachant que les avis des assemblées générales locales du parti sont souvent décisifs pour ce qui est des désignations des candidats aux élections, a confié l’homme politique.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelilah Benkirane - Saâdeddine El Othmani

Aller plus loin

Les raisons de la suppression de certains membres du PJD des listes électorales

La suppression de plusieurs membres de partis politiques des listes électorales n’est pas du goût de certains organes et membres du Parti de la justice et du développement (PJD)...

Élections 2021 : les femmes du PJD en colère

Les femmes du parti de la Justice et du développement (PJD) sont en colère contre le secrétaire général de leur formation politique, Saâdeddine El Othmani, par ailleurs chef du...

Élections 2021 : le PJD écarte des membres influents

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a dévoilé une deuxième liste de ses candidats pour les prochaines élections. Il ressort que plusieurs membres influents ont été...

Vague de démissions au PJD à Marrakech et région

À quelques semaines de la tenue des élections communales et législatives prévues le 8 septembre, plusieurs conseillers communaux, présidents de communes de Marrakech, Safi et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.

Twitter sanctionne Saâdeddine El Otmani

L’ancien chef du gouvernement Saâdeddine El Otmani fait parler de lui, mais en des termes peu reluisants, en faisant sur Twitter le lien entre la variole du singe et l’homosexualité.

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.