Maroc : les Amazighs dénoncent le « génocide linguistique »

23 avril 2021 - 08h40 - Culture - Ecrit par : J.K

Un an et demi après l’adoption de la loi organique relative à la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, l’Assemblée Mondiale Amazighe se désole des blocages de l’Exécutif marocain. Elle l’a fait savoir à l’occasion du 41ᵉ anniversaire du printemps amazigh.

Le chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani a présidé le 20 avril la réunion de la commission interministérielle permanente chargée du suivi et de l’évaluation de la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, fait part Amadalamazigh, soulignant que cette rencontre qui coïncide avec le 41ᵉ anniversaire du printemps amazigh, intervient à cinq mois des échéances électorales.

Ce fut l’occasion pour Saâid Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, d’exposer le peu de réalisations, avec la promesse du recrutement tous les ans de 400 enseignants pour une mobilisation de 5000 enseignants spécialisés en amazigh d’ici 2030. Un effectif de formateurs juste suffisant pour la première année du cycle primaire, ce qui prendrait une douzaine d’années. Et d’imaginer le temps qu’il faut pour avoir 100 000 professeurs pour 4,5 millions d’écoliers, pour former le reste des années du primaire se préoccupe l’Assemblée.

Dans son rapport du 28 mai 2019 sur les formes contemporaines de racisme et de discrimination raciale, la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les formes contemporaines de racisme et de discrimination raciale, Mme Tendayi Achiume, avait exhorté les autorités marocaines à des efforts pour le respect des droits fondamentaux des Amazighs, particulièrement en ce qui concerne l’éducation, l’accès à la justice, les libertés d’opinion et d’expression, de réunion pacifique et d’association…

Des recommandations auxquelles n’a pas fait suite l’actuel gouvernement. Pour preuve, indique le site, le gouvernement jusqu’ici refuse de reconnaître le calendrier amazighe. Il n’a pris en compte, ni la langue amazighe, ni sa graphie tifinagh dans la nouvelle loi sur la carte électronique d’identité nationale, tout comme il a exclu l’enseignement de la langue amazighe aux enfants des citoyens marocains résidents à l’étranger.

Et le média de dénoncer le maintien de la politique de génocide linguistique de la langue maternelle des filles et fils du Maroc, en violation des articles 7 et 8 de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 20 novembre 1989, et du préambule de la Constitution et l’article 5 qui consacre que « l’amazighe constitue une langue officielle de l’État, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception ».

Sujets associés : Amazigh - Patrimoine - Enfant - Menaces - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Les Amazighs demandent le changement de nom de « Maghreb arabe presse »

La loi régissant l’« Agence Maghreb arabe presse », mérite un toilettage en vue de la modification de sa dénomination conformément à l’actuelle constitution. Dans ce sens,...

L’amazigh, bientôt langue de travail au sein de la chambre des conseillers

À l’instar de l’arabe, la langue amazighe sera bientôt reconnue comme une langue de travail au sein de la Chambre des conseillers au Maroc.

Un nouveau plaidoyer pour la reconnaissance du nouvel an amazigh

Ahmed Boukous, recteur de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) appelle à la reconnaissance du nouvel an amazigh et de son officialisation comme fête nationale...

Maroc : les Imazighen en lutte pour une reconnaissance identitaire et culturelle

Les Imazighen marocains sont dans une lutte permanente pour une plus large reconnaissance identitaire et culturelle.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : remaniement imminent pour le gouvernement ?

Au Maroc, Aziz Akhannouch s’apprêterait à remanier le gouvernement. Qui sont les ministres concernés par ce réajustement ?

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...

Maroc : le gouvernement va devoir se serrer la ceinture

Aziz Akhannouch appelle les membres de son gouvernement à rationaliser les dépenses de leurs départements respectifs. Cette orientation intervient à l’occasion de la finalisation du projet de loi de finances 2023.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Le Maroc pourrait taxer les superprofits des distributeurs pétroliers

Sur recommandation du Conseil de la concurrence, le gouvernement envisage d’inclure dans le projet de loi de finances 2023, l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les superprofits des distributeurs pétroliers.