Des entreprises de transport marocaines au bord de la faillite à cause des visas Schengen

13 juillet 2023 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le parlement vient d’adresser une question orale au gouvernement au sujet des difficultés d’octroi de visa Schengen qui affectent sérieusement l’activité des camionneurs, professionnels marocains du Transport international routier (TIR), ainsi que les relations commerciales avec certains pays européens.

« Plusieurs entreprises de transport international routier à Agadir sont menacées de faillite à cause des entraves liées à la délivrance de visas par les services consulaires espagnols, en l’absence d’un guichet particulier pour traiter leurs demandes à l’instar de Tanger », a dénoncé le député istiqlalien Jamal Diwany, président de la commission des secteurs productifs à la chambre des représentants, dans sa question adressée à Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

À lire : Un tiers des demandes de visa Schengen déposées par les Marocains rejeté

Le parlementaire a demandé au ministre d’intervenir auprès des représentants diplomatiques des pays européens au Maroc pour faciliter l’octroi des visas aux camionneurs marocains, rapporte le quotidien Al Akhbar. Le député Ismail Zitouni du Rassemblement national des indépendants (RNI) a aussi interpelé le ministre à ce sujet, rappelant que les difficultés d’octroi de visas subies par les camionneurs impactent négativement sur les accords commerciaux entre le Maroc et certains pays européens.

À lire : Les Marocains face à la difficulté d’obtenir un visa Schengen

En réponse, Nasser Bourita a déclaré que « son département est constamment en contact avec les missions étrangères accréditées au Maroc, les invitant à plus d’efforts, à revoir les procédures liées, notamment à la prise de rendez-vous, à atténuer la complexité des circuits et surtout à un traitement préservant la dignité des demandeurs de visas ». Le chef de la diplomatie marocaine a ajouté que la délivrance des visas reste « une question souveraine gérée par les missions étrangères accréditées dans le Royaume ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Transports - Nasser Bourita - Visa Schengen

Aller plus loin

Le Français Transdev s’empare d’une entreprise marocaine

Le géant français du transport, Transdev, est sur le point d’acheter près de la moitié des parts (49 %) de la filiale marocaine de la Compagnie du transport au Maroc (CTM),...

Un tiers des demandes de visa Schengen déposées par les Marocains rejeté

Malgré la volonté manifeste de l’Europe, notamment la France, de restreindre l’octroi de visas aux Maghrébins, le Maroc figure parmi les grands bénéficiaires de visa Schengen en...

Les Marocains, premiers bénéficiaires des visas français malgré les difficultés rencontrées

Le nombre de visas octroyés aux ressortissants marocains par la France a connu une hausse de 105,9 % en 2022, passant de 69 408 à 143 000. Mais cette augmentation masque une...

Visa Schengen : les exportateurs marocains pris au piège

La fin de la crise de visas n’est pas pour demain. Elle continue de constituer un obstacle majeur pour les exportateurs marocains qui souhaitent voyager en Europe pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc va acquérir de nouveaux trains

Le Maroc s’apprête à lancer un appel d’offres international pour l’acquisition de trains et le développement d’un réseau ferroviaire local, attirant l’intérêt de géants du secteur tels, notamment français et espagnols. C’est ce qu’a révélé Mohamed...

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Le Maroc construira 1000 km d’autoroutes d’ici 2030

Le Maroc veut saisir l’occasion de l’organisation de la coupe du monde 2030 pour moderniser le secteur des transports dans son ensemble, notamment les autoroutes.

Le nouveau modèle dédié aux MRE bientôt une réalité

Le processus pour la réalisation d’un nouveau modèle dédié aux Marocains de l’étranger se poursuit. Mardi, les différents comités thématiques ont déposé leurs premières propositions lors d’une rencontre tenue à Rabat et présidée par le ministre des...

La CTM rachète Africa Morocco Link

Le groupe d’Othman Benjelloun, O Capital Group, redistribue les cartes dans le secteur du transport maritime marocain. La Compagnie de Transports au Maroc (CTM) s’empare en effet de la participation majoritaire (51 %) d’Africa Morocco Link (AML)...

Le Maroc compte sur ses consulats pour protéger les enfants de MRE

Des actions seront mises en place pour contrer les problèmes liés au retrait de la garde des enfants des ressortissants marocains par les services sociaux de divers pays européens, a promis le ministre marocain des Affaires étrangères, de la...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

Depuis ce lundi 15 avril, les agences de location de voitures au Maroc ont l’obligation de se conformer à un nouveau cahier des charges relatif aux conditions d’investissement dans le secteur.