Espagne : un Marocain condamné pour violences sur sa femme enceinte

7 avril 2022 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le tribunal correctionnel de Pampelune (Navarre) a condamné un Marocain à 4 ans et 8 mois de prison et au paiement de 2 500 euros de dommages-intérêts pour violences envers sa femme.

Le Marocain et la victime se sont mariés en avril 2016 et une fille est née de cette union en septembre 2018. Tout allait bien jusqu’à ce que l’accusé régularise sa situation en Espagne, explique le parquet dans l’acte d’accusation, précisant que c’est à partir de ce moment que son comportement envers sa femme a changé. Il lui proférait des injures, lui faisait subir des violences diverses « de façon régulière » et lui reprochait de ne pas adopter un style vestimentaire typiquement marocain.

Dans sa décision, le juge évoque quatre faits avérés de violences subis par la victime. D’abord, le 10 septembre 2016, date à laquelle la victime a annoncé à son mari qu’elle était enceinte. Surpris par la nouvelle, le Marocain s’est absenté toute la journée et, à son retour, a poussé la victime au sol et lui a porté « plusieurs coups de pied dans le ventre et sur tout le corps », lui signifiant qu’il ne voulait pas avoir d’enfant avec elle.

À lire : France : l’époux d’une Marocaine en prison pour violences conjugales

Ensuite, fin 2017, après une dispute, il a attrapé la victime par le cou, lui a donné une gifle et des coups de pied. Puis, le 1ᵉʳ février 2020, après une nouvelle dispute, il lui a proféré des injures, l’a attrapée par la jambe, et lui a donné des gifles à plusieurs reprises. Enfin, lors d’une énième dispute fin mai 2020, la femme reprochant au mis en cause sa faible « implication dans les tâches ménagères », ce dernier l’a violemment saisie par le bras et cogné sa tête contre le mur.

La victime n’a consulté aucun médecin après toutes ces agressions et présente « des symptômes dépressifs et anxieux », souligne le parquet. Pour le juge, le témoignage de la victime est « sincère » et ne laisse transparaître aucune exagération ou simulation. C’est pourquoi, en plus de la peine privative de liberté, il a interdit au Marocain de s’approcher de la victime à moins de 300 mètres et de communiquer avec elle pendant 13 ans. Le mis en cause a fait appel de cette condamnation devant le tribunal de Navarre. Une fois la décision de ce tribunal connue, il sera expulsé d’Espagne et ne pourra y revenir avant six ans.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Violences et agressions

Aller plus loin

24 ans de prison pour un Marocain qui a tué son ex-femme en Espagne

Jugé pour le meurtre de son ex-épouse par le tribunal supérieur de Huesca, en Espagne, un Marocain a écopé de 24 ans de prison.

France : le mari d’une MRE condamné pour violences psychologiques

Auteur de violences psychologiques sur son épouse d’origine marocaine, un homme résidant à Vesoul (Haute-Saône) de 40 ans a été condamné mardi à cinq mois de prison avec sursis.

Espagne : un Marocain arrêté pour avoir drogué sa femme et ses deux enfants

La police de Madrid a arrêté mardi un Marocain de 47 ans pour avoir maltraité et drogué sa femme de 41 ans, également d’origine marocaine, et leurs deux enfants de 10 et 13 ans,...

Un Belge condamné au Maroc pour attouchements sur son fils

Alors qu’il était parti au Maroc fin novembre 2021 pour retrouver son fils “enlevé” en Belgique par son ex-femme d’origine marocaine, un Belge de 57 ans a été arrêté puis...

Ces articles devraient vous intéresser :

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».