Espagne : le PP appelle à faire « pression sur le Maroc »

7 mars 2022 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le Parti populaire (PP) s’apprête à demander au gouvernement d’engager des réformes législatives pour permettre aux migrants mineurs de retourner au Maroc.

Le sénateur canarien et porte-parole du PP à la Chambre haute, Asier Antona, va proposer mercredi une batterie de mesures visant à « offrir des solutions au drame humanitaire que vivent les îles » envahies depuis ces deux dernières années par plus de 55 000 migrants, fait savoir EFE.

À lire : Sebta : un juge ordonne le retour de mineurs marocains expulsés

Dans le détail, Antona va demander au gouvernement d’engager des réformes législatives pour faciliter le retour des mineurs. Il propose aussi que la Conférence des présidents qui se réunira dimanche à La Palma « aborde fondamentalement le problème de la migration ». Le parti demandera notamment d’appliquer « des procédures de retour immédiat », dans leur pays d’origine ou de transit, des migrants entrés illégalement en Espagne, conformément aux accords bilatéraux signés avec des pays tiers pour la gestion des flux migratoires.

À lire : Ceuta : à quand le retour de tous les mineurs marocains ?

Le PP proposera en outre que ces retours soient effectués après le délai légal de 72 heures de détention, et à défaut, que les mineurs soient gardés pendant un maximum de 60 jours, le temps d’accomplir les formalités administratives pour leur expulsion. Il demandera également de fixer à « un an au plus » la durée du séjour des migrants dans les centres d’accueil et de respecter les capacités d’accueil de ces centres. Dans ce sens, il appelle à la définition de critères pour une « coresponsabilité » dans les soins et l’accueil des migrants.

À lire : Presque la totalité des mineurs marocains à Sebta refuse de rentrer au Maroc

Enfin, le parti exhortera le gouvernement de Sanchez à « augmenter la pression diplomatique sur le Maroc, et à fournir davantage de moyens pour lutter efficacement contre le trafic de migrants ». Il va aussi suggérer le rétablissement de la Commission déléguée à la migration, composée des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Défense et de la Migration. En ce qui concerne Ceuta et Melilla, le PP proposera « le retour à chaud à la frontière des migrants qui tenteraient d’entrer en Espagne par la force ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Ceuta (Sebta) - Melilla - Enfant

Aller plus loin

Sebta : un juge ordonne le retour de mineurs marocains expulsés

Un juge d’instruction de Sebta a ordonné le retour en Espagne d’un groupe de 14 mineurs marocains qui avaient été expulsés de la ville en août dernier. Ils faisaient partie des...

Presque la totalité des mineurs marocains à Sebta refuse de rentrer au Maroc

La plupart des mineurs marocains arrivés en mai à Ceuta affirment avoir subi des violences physiques, des abus et mauvais traitements au Maroc. Pour cette raison, ils ne...

Ceuta : à quand le retour de tous les mineurs marocains ?

Des milliers de migrants mineurs sont entrés à Ceuta en mai dernier, provoquant une crise migratoire inédite. Aujourd’hui, ils sont encore plus de 370 enfants et adolescents...

Espagne : le Médiateur va étudier le cas des mineurs rapatriés au Maroc

Le Médiateur, Ángel Gabilondo, a déclaré mardi qu’il va se pencher prochainement sur le cas des 57 mineurs rapatriés « illégalement » de Ceuta au Maroc en août dernier.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.