Engrais marocains : le coup de massue américain

9 mai 2024 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le département du Commerce américain (DOC) a décidé d’augmenter de 2,12 % à 14,21 % les droits de douane sur les importations d’engrais marocains. Une décision qui nuit, tant aux intérêts des agriculteurs américains que du groupe OCP qui entend faire appel.

Après une baisse considérable des droits de douane sur les engrais marocains en novembre dernier, lesquels sont passés de 19,97 % à 2,12 %, le département du Commerce américain (DOC) vient de revoir ces taux à la hausse, les faisant passer de 2,12 % à 14,21 %, révèlent Les Inspirations Éco.

Cette décision pénalise le groupe OCP qui a annoncé qu’il fera appel auprès de la Cour du commerce international des États-Unis (US Court of international trade). « Nous sommes déçus par ces résultats préliminaires, que nous comprenons être en grande partie influencés par des lacunes dans la méthodologie appliquée par le DOC afin d’évaluer les droits du Groupe OCP quant à son exploitation du minerai de phosphate », a confié un responsable du groupe marocain au quotidien.

À lire : Engrais marocains : La bataille des droits de douane agite les Etats-Unis

Toutefois, l’impact de cette récente décision sur les exportations marocaines sera fonction du volume d’engrais importés par les États-Unis qui s’élève à 700 millions de dollars en moyenne par an, explique le quotidien qui rappelle qu’une situation similaire était survenue en 2021 et que le tribunal de commerce international a fini par donner raison au groupe OCP en novembre 2023.

La décision du DOC fait suite à la demande de la société nationale américaine d’engrais Mosaic, le plus grand producteur de phosphates du pays, qui avait sollicité une intervention du ministère américain du Commerce. Elle affecte autant les agriculteurs américains. « Cette nouvelle donne n’augure rien de bon pour le prix des intrants utilisés par les agriculteurs, du moment que le prix du phosphate va considérablement augmenter », dénonce Harold Wolle, président de la National corn growers association (NCGA).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Office Chérifien des phosphates (OCP) - États-Unis - Exportations - Importations - Agriculture

Aller plus loin

Un coup dur pour l’OCP aux États-Unis

L’Office Chérifien des phosphates (OCP) a perdu sa bataille face à son concurrent local, Mosaic qui avait initié, sous l’administration Trump, une procédure relative à...

États-Unis : le Michigan veut importer de l’engrais du Maroc

Pour faire face à la hausse du prix de l’engrais sur le marché américain, des fermiers ont demandé au Congrès d’adopter une résolution facilitant l’importation des engrais et...

Engrais marocains : La bataille des droits de douane agite les Etats-Unis

Alors que le Tribunal de commerce international des États-Unis a ordonné le 19 septembre à la Commission américaine du commerce international (ITC) de réévaluer sa décision...

Engrais : sale temps pour le géant marocain OCP aux États-Unis

Sale temps pour le patron du géant marocain des engrais phosphatés OCP. Il est interdit au groupe dirigé par Mostafa Terrab de continuer ses exportations à destination du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Tomate au Maroc : production en chute, prix en hausse

Les producteurs de tomates rondes au Maroc alertent sur une baisse significative de la production et une inflation des prix. Voici leur explication.

Artisanat marocain : record des exportations en 2022

La bonne dynamique des exportations de l’artisanat marocain constatée depuis le début de l’année se confirme. À fin 2022, les recettes du secteur devront atteindre un milliard de dirhams, soit une croissance de 15% par rapport à 2021. Un record.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.