43 étudiants marocains intègrent l’école polytechnique en France

17 septembre 2020 - 11h20 - France - Ecrit par : G.A

L’école polytechnique en France a ouvert ses portes et accueille les étudiants malgré le contexte actuel marqué par la crise sanitaire que traverse le monde. Au nombre des 300 étudiants étrangers de cette école, 43 viennent du Maroc et s’adaptent tant bien que mal aux circonstances actuelles.

Après la Chine, le Maroc est la deuxième nationalité la plus représentée au sein de cette école prestigieuse. La France étant l’un des pays les plus touchés par la pandémie du coronavirus, l’école a décidé d’alterner l’enseignement présentiel et le distanciel. Selon Gaelle le Gof, directrice des relations internationales de l’X, les cours magistraux se feront à distance, les travaux dirigés et les cours en effectifs réduits se feront en présentiel. Face à la menace de contamination encore présente, l’école a mis en place des modèles pédagogiques innovants dans le respect des mesures sanitaires, rapporte Maroc Diplomatique.

Kenza est en première année du Master STEEM (Energy Environment : Science Technology and Management). Elle explique que quitter le Maroc pour la France n’a pas été une mince affaire. Elle se réjouit d’avoir pu braver les difficultés. Mais elle est triste de ne pouvoir profiter de l’ambiance d’une rentrée normale. « Je me réjouissais à l’idée de rencontrer ma promotion et de créer des liens d’amitié avec tout le monde, il y aura sûrement des étudiants qui ne seront pas sur le campus les premières semaines, ce qui est un peu atypique par rapport à une rentrée en temps normal », dit-elle.

Quant à Ines Benbrahim, elle est en première année du programme Bachelor of Science. Elle aussi souligne que se rendre en France était régi par de nombreuses conditions (autorisation exceptionnelle de la préfecture, visa étudiant, test PCR…). Malgré ces contraintes, elle a pu se rendre sur le campus à temps pour les formalités administratives complémentaires et autres tâches.

Contrairement à Kenza, Inès pense que le contexte inédit ne l’empêche pas de profiter de cette expérience extraordinaire .« Je ressens une certaine différence par rapport au fait de ne pas pouvoir avoir cours en amphithéâtre ou en classe, mais cela ne donne lieu à aucun manquement. Grâce aux efforts d’adaptation de l’équipe pédagogique et des étudiants, tout se déroule correctement », a-t-elle ajouté.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Education

Aller plus loin

L’École polytechnique de Paris mise sur les énergies renouvelables du Maroc

Les énergies renouvelables du Maroc séduisent au-delà des frontières. L’École polytechnique (l’X) de Paris a annoncé jeudi un accord de partenariat signé en avril 2020 entre...

Les étudiants marocains affluent en France, malgré la crise

Malgré la crise sanitaire, les étudiants marocains ne renoncent pas à leurs projets de poursuivre les études supérieures en France. En préparation de la rentrée académique...

16 étudiants Marocains admis à l’école Polytechnique de Paris

Seize étudiants marocains intégreront cette année la prestigieuse école Polytechnique de Paris, alors que 7 sont en liste d’attente, selon l’ambassade de France au Maroc.

Oumaima El Mansouri est la gagnante de «  Ma thèse en 180 secondes  » (vidéo)

Doctorante à l’Institut Polytechnique de Toulouse, Oumaima El Mansouri vient de remporter le concours « Ma thèse en 180 secondes » organisée par France 3 Occitanie,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

L’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur, une priorité pour le Maroc

Le Maroc accorde une place de choix à l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur. Une réforme est en cours.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.