L’Europe doit revoir sa politique de retour des migrants irréguliers

15 septembre 2021 - 05h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

La politique de retour des migrants irréguliers de l’Union européenne a montré ses limites. C’est du moins ce qu’affirme la Cour des comptes européenne qui appelle la Commission européenne à revoir sa politique d’accord avec les pays d’origine, dont le Maroc.

« Les actions entreprises par l’UE en vue de renforcer la coopération avec les pays tiers en matière de réadmission étaient pertinentes, mais elles (ont) donné peu de résultats », estime la Cour des comptes de l’UE dans son rapport d’audit couvrant la période allant de 2015 à la mi-2020. Ils sont au nombre de 500 000 ces individus sommés de quitter l’Union européenne chaque année, car ne disposant pas d’autorisation. Seulement, un tiers d’entre eux retourne dans leurs pays d’origine. Aux yeux du responsable du rapport, Leo Brincat, « le système de retour de l’UE pâtit d’un manque d’efficacité tel qu’il produit l’effet inverse de celui escompté : il encourage plus qu’il ne décourage la migration irrégulière ». « Les migrants savent bien que les retours ne sont pas effectifs, donc cela peut effectivement les encourager à venir », a-t-il déclaré lors d’un point presse.

À lire : Crise migratoire : la République tchèque propose la signature d’un accord avec le Maroc

Fort de ces constats, la Cour des comptes européenne appelle la Commission européenne à revoir sa politique d’accord avec les pays d’origine, — dont le Maroc, l’Algérie, la Chine, la Tunisie, la Jordanie, le Nigeria — pour adopter « une approche plus souple lors de la négociation d’accords de réadmission », et « créer des synergies avec les États membres pour faciliter les négociations de réadmission, de renforcer les mesures incitatives pour les pays tiers et d’améliorer la collecte de données sur les réadmissions », rapporte RFI.

À lire : L’Europe veut sanctionner le Maroc pour « instrumentalisation » de migrants

Selon les auditeurs, il s’avère nécessaire que l’UE parle « d’une seule voix » en la matière. L’incapacité des pays de l’Union à se mettre d’accord sur une réforme du droit d’asile, six ans après la crise migratoire de 2015 est «  inquiétante », estiment-ils. « C’est souvent nos politiques d’asile et d’immigration, ou plutôt parfois leur absence, qui créent ces conditions d’illégalité pour les gens. Et c’est ainsi que parfois les gens doivent attendre une décision pendant plusieurs années et que lorsque la décision négative tombe, les gens se sont intégrés dans le pays, des enfants scolarisés, et il n’est plus possible de repartir chez soi. Il faut aussi bien comprendre que certains pays n’acceptent pas de reprendre leurs ressortissants », commente François Gemenne, chercheur en sciences politiques.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Union européenne - Immigration

Aller plus loin

Crise migratoire : la République tchèque propose la signature d’un accord avec le Maroc

Face à la crise migratoire, le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš estime que la signature d’un accord avec la Turquie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye » d’où les...

A Sebta, le Maroc refuse le retour de ses ressortissants

Les policiers marocains à la frontière de Tarajal n’admettent pas les retours dans le royaume des migrants marocains entrés illégalement en Espagne. Raison évoquée : la crise...

L’Europe propose au Maroc  plus de visas, mais moins d’immigration clandestine

L’Union européenne reconnait le Maroc comme un partenaire stratégique dans la lutte contre l’immigration clandestine et consent à le soutenir davantage en mettant plus de fonds...

L’Europe veut durcir le ton face à l’« instrumentalisation » des migrants

La Commission européenne a demandé mercredi de durcir la réponse européenne à l’« instrumentalisation » des migrants par les pays voisins comme le Maroc ou le Bélarus dans...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc veut exporter de l’hydrogène vert vers l’UE d’ici 2050

Le Maroc veut continuer à produire davantage de l’hydrogène vert pour poursuivre sa transition énergétique et devenir à terme un grand exportateur du combustible vers l’UE.

Tanger Med menace les ports européens

Malte craint l’avantage fiscal du port Tanger Med à cause de l’introduction d’une taxe environnementale dans les pays de l’Union européenne(UE) à partir de 2024. Les grandes compagnies maritimes peuvent se détourner vers le port marocain.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Camions attaqués en Europe : le Maroc hausse le ton

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a dénoncé lundi les récentes attaques d’agriculteurs européens contre des cargaisons de fruits et légumes marocains, faisant observer que l’Union européenne (UE) tire davantage profit de...

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Le Maroc déterminé à renouveler l’accord de pêche avec l’UE

Réagissant au sujet de l’accord de pêche avec l’Union européenne qui expire le 17 juillet, le ministre marocain de l’Agriculture et de la pêche, Mohamed Sadiki, a assuré mercredi que le Maroc « est prêt à tout scénario » et utilisera « une autre règle...