L’Exécutif des Musulmans de Belgique toujours en crise

21 octobre 2021 - 18h00 - Belgique - Ecrit par : A.P

L’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) suscite régulièrement des polémiques depuis sa création. Récemment encore, le président de cette association a annoncé qu’il renonce aux subventions de l’État, dénonçant une « ingérence politique ».

« Cet exécutif n’a jamais bien fonctionné depuis sa création en 1999 », affirme Caroline Sägesser, chercheuse au CRISP et spécialiste des cultes, qui explique que la nécessité d’avoir un « un chef de culte » musulman vient du fait que le culte musulman est officiellement reconnu en Belgique. Cette reconnaissance officielle prend en compte les mosquées et le contrôle de leur budget, le paiement par l’État belge des salaires des imams, l’autorisation d’avoir des enseignants de religion islamique, etc. Mais là où le bât blesse, c’est que dans l’Islam sunnite, qui compte le plus de fidèles en Belgique, il n’existe pas de véritable hiérarchie, comme c’est le cas dans la religion catholique romaine, fait savoir la RTBF.

À lire : Plus rien ne va entre l’Exécutif des Musulmans de Belgique et le gouvernement fédéral

Il fallait donc créer un organe représentatif tenant compte du poids des fédérations de mosquées qui maintiennent des liens forts avec le Maroc et la Turquie, pays d’origine de la plupart des musulmans de Belgique. Ce lien fort avec les pays d’origine a conduit à l’instauration d’un système d’alternance à la présidence de l’Exécutif entre musulmans marocains et turcs. « Vous vous rendez compte, on a encore en 2021 une vraie ethnicisation de l’Islam chez nous », déclare un musulman qui connaît bien le fonctionnement de l’Exécutif. « Il y a quelques années, on a voulu développer une formation des imams au départ de l’Exécutif, mais les représentants turcs se sont arrangés pour faire capoter le projet, estimant que les imams devaient continuer à être formés en Turquie », déplore un autre.

À lire : L’Exécutif des Musulmans de Belgique dénonce une cabale contre ses dirigeants

D’autres problèmes, liés notamment au mode de gestion, minent le fonctionnement de l’Exécutif musulman de Belgique. « Ce n’est quand même pas normal que ce soient quelques personnes qui décident de tout, que l’on retrouve à tous les niveaux de décision, pour une gestion qui n’est pas très professionnelle, ni à la hauteur des attentes », critiquent certaines sources concordantes.

Pour sa part, le président de l’EMB, Mehmet Üstün, rejette les accusations de dysfonctionnements, soulignant qu’il s’agit « d’une volonté du cabinet du ministre de la Justice de nous déstabiliser pour pouvoir s’ingérer dans la gestion du culte islamique en Belgique ». En ce qui concerne le renouvellement de l’EMB, Mehmet Üstün indique que les élections prévues pour 2020 et qui n’ont pu être organisées en raison de la crise sanitaire, pourraient avoir lieu en 2022.

Sujets associés : Belgique - Religion - Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) - Islam

Aller plus loin

L’Exécutif des musulmans de Belgique toujours dans le viseur du gouvernement

Vincent Van Quickenborne (Open VLD), ministre de la Justice et des Cultes, fait feu de tout bois pour freiner l’essor de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB).

De plus en plus de Marocains enterrent leurs morts en Belgique

De plus en plus de Bruxellois musulmans, notamment d’origine marocaine, préfèrent inhumer leurs proches loin de la terre d’origine, malgré l’assouplissement des restrictions...

L’Exécutif des Musulmans de Belgique conteste les accusations de détournements de fonds

L’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), se dit «  consterné  » face aux accusations de prévarication le visant, contestant «  fermement toutes les allégations reprises dans...

Plus rien ne va entre l’Exécutif des Musulmans de Belgique et le gouvernement fédéral

Le torchon continue de brûler entre l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) confronté à des difficultés internes et le gouvernement fédéral. À l’origine de ces tensions,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc inaugure la première synagogue universitaire du monde arabe

L’Université polytechnique Mohammed VI (UM6P) a inauguré une synagogue universitaire, une première au Maroc et dans le monde arabe. Le lieu de culte, situé à côté de sa nouvelle mosquée, reflète la coexistence des religions au Maroc.

Gad Elmaleh évoque « le modèle marocain de fraternité judéo-musulmane »

À l’occasion de la sortie de son film « Reste un peu » qui sort le 16 novembre, l’humoriste marocain Gad Elmaleh revient sur la richesse spirituelle du Maroc, « une terre de fraternité judéo-musulmane » dont le modèle n’existe « nulle part ailleurs ».

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Voici les dates de début et de fin du ramadan au Maroc

Les dates de début et de fin du mois sacré de ramadan au Maroc sont désormais connues.

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Guingamp : tags racistes découverts sur la mosquée, enquête en cours

La mosquée de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, a été ciblée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2023 par des tags islamophobes. Une première en 40 ans.

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques

Ramadan 2023 : la durée de la journée de jeûne selon les pays

Le premier jour du ramadan correspond au 23 mars au Maroc et dans de nombreux pays à travers le monde. Les heures de jeûne durant ce mois sacré pour les musulmans varient d’un pays à l’autre.

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.