Des familles marocaines bientôt à la rue en Espagne

16 avril 2022 - 21h00 - Ecrit par : A.S

Fatima Maknassi, 31 ans, et Rachid El Yagoubi, 51 ans, ont été expulsés de leur logement à Madrid l’année dernière. Le couple marocain est toujours à la recherche d’un logement décent.

Fatima était enceinte de son quatrième enfant et a perdu les eaux le jour de leur expulsion à Madrid. La commission judiciaire leur a donné trois semaines supplémentaires pour trouver un autre logement. Un souvenir douloureux pour le couple marocain qui raconte son histoire à El País, en présence de leur compatriote, Noura Zouita, 43 ans, qui vit aussi la même situation, ou presque.

À lire : Belgique : des familles marocaines expulsées de leurs logements sociaux

Dans l’ordonnance d’expulsion de Fatima et Rachid, le juge a indiqué que la situation de ce dernier, agent de sécurité qui gagnait environ 1 400 euros, n’a pas été affectée par la crise sanitaire. Selon son avocat, le juge n’a pas considéré le chômage technique de Rachid pendant la pandémie, et le stade avancé de la grossesse de sa femme. Le couple marocain et leurs quatre enfants, tous nés en Espagne, vivent désormais dans un appartement de deux chambres, qui coûte 600 euros par mois (200 euros de plus que l’appartement d’où ils ont été expulsés). Une charge insoutenable pour le père de famille qui est déjà à la recherche d’un nouveau logement. Le cinquième en un an.

À lire : Un Marocain atteint d’un cancer expulsé de son domicile à Séville

Noura, seule à gérer ses quatre enfants, dont deux sont déjà majeurs, est aussi à la recherche d’un nouveau logement. Elle gagne environ 530 euros par mois et a cessé de payer le loyer il y a un moment. Elle rêve d’obtenir un logement social avant de se retrouver à la rue après le 30 septembre, date d’expiration du moratoire donné par le gouvernement, après que le juge a accepté de suspendre son expulsion sur la base d’un rapport des services sociaux.

À lire : Les discriminations au logement encore présentes en Belgique

Plus de 41 000 familles ont été expulsées l’année dernière de leur domicile en Espagne, selon les données du Conseil général de la justice. En cause, les mesures « pas toujours efficaces » prises pendant la pandémie et qui laissent une « grande marge d’interprétation aux juges », explique une porte-parole des syndicats de locataires. Natalia Palomar, avocate de l’association Provivienda, parle, pour sa part, d’une « imprécision » et d’une « ambiguïté » des textes juridiques qui conduisent à des expulsions difficiles. Il est donc urgent de corriger le tir, alerte-t-elle.

Tags : Famille - Expulsion - Espagne

Aller plus loin

Un Marocain atteint d’un cancer expulsé de son domicile à Séville

Le tribunal de première instance de Séville a ordonné vendredi l’expulsion d’un Marocain atteint d’un cancer, après avoir rejeté la demande de son avocat de suspendre la procédure...

Les discriminations au logement encore présentes en Belgique

Selon une étude de la Vrije Universiteit Brussel réalisée dans la ville de Gand, et dont les résultats ont été publiés vendredi dans le journal De Morgen, la mise en place de tests...

Belgique : des familles marocaines expulsées de leurs logements sociaux

En tout, 25 familles dont des Marocaines seront expulsées de leurs logements sociaux à Lierre en septembre pour avoir enfreint la loi en matière de location. Elles sont...

Une famille marocaine risque d’être expulsée de France

Une famille marocaine, installée en France depuis six ans, risque l’expulsion au Maroc pour le non renouvellement de son titre de séjour.

Nous vous recommandons

Espagne : nouveau rebondissement dans l’affaire Ghali

Le juge en charge de l’affaire Ghali poursuit son enquête sur l’entrée du chef du Polisario en Espagne sous une fausse identité. Il vient de citer à comparaître le numéro deux de la police pour savoir avec précision à quel moment l’Intérieur a eu...

Une hôtesse de l’air marocaine blessée lors d’un vol Fès-Barcelone

Plusieurs membres d’équipage de la compagnie aérienne Ryanair ont été blessés lors d’un vol Fès-Barcelone frappé par des turbulences dimanche dernier. Parmi eux, une hôtesse de l’air marocaine grièvement blessée abandonnée à son triste...

La présence de chars à Melilla inquiète le Maroc

Des chars de combat de l’armée espagnole ont parcouru les rues de la ville de Melilla mardi dernier. La manœuvre n’est pas passée inaperçue du côté marocain.

Israël : une première étudiante marocaine non juive dans une université

David Govrin, chargé d’affaires d’Israël au Maroc, a annoncé l’inscription d’une étudiante marocaine d’ascendance non juive dans une université israélienne. Une première.

Visas : réaction du Maroc suite à la décision française

Le ministre des Affaires étrangères et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a réagi à la décision de la France de durcir l’octroi des visas pour les Marocains. Il dénonce une décision “injustifiée”.

Les Marocains peuvent produire leur propre électricité

Le gouvernement a adopté une mesure légale qui autorise toute personne physique ou morale à produire de l’électricité, pour ses propres besoins, et, éventuellement, de pouvoir exploiter le réseau national pour son...

Tensions Maroc-Algérie : des personnalités maghrébines appellent au retour à la raison

Des personnalités marocaines et algériennes ont, dans une pétition, exprimé leur grande inquiétude face à l’escalade actuelle dans les relations entre Rabat et Alger. Ils appellent « l’ensemble des personnes et des organisations de bonne volonté dans les deux...

Maroc : la date de l’Aïd Al Adha connue

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé samedi 10 juillet la date de célébration de l’Aïd Al Adha au Maroc.

Maroc : tout montant supérieur à 100 000 DH doit être déclaré aux frontières

L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) a annoncé que tous les voyageurs détenteurs des billets de banque et des titres au porteur d’un montant supérieur à 100 000 dirhams doivent remplir un formulaire auprès des services douaniers des...

Relations hors mariage au Maroc : appel à l’abrogation de l’article 490

Les membres du collectif 490 sont montés à nouveau au créneau pour réclamer « l’abrogation pure et simple » de l’article 490 qui participe « significativement au sentiment d’oppression ressenti par les jeunes...