La femme marocaine, victime des inégalités et disparités sociales extrêmes

6 octobre 2020 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

La crise sanitaire liée au coronavirus n’a épargné aucun secteur sur le plan mondial. Au Maroc, elle a davantage approfondi les disparités sociales et les inégalités entre les hommes et les femmes.

Selon Oumayma Achour, présidente de l’association Joussour Forum des femmes marocaines et militante pour les droits des femmes, les disparités intergénérationnelles, les inégalités entre les genres, spatiales entre le rural et l’urbain, ont pris de l’ampleur avec la crise sanitaire.

La militante pour les droits des femmes évoque ces inégalités qui tiennent du juridique et qui ont toujours existé. Aussi appelle-t-elle à un toilettage de ces lois qui creusent les inégalités, dans le sens d’une équité, voire, une parité, entre hommes et femmes, rapporte Hespress.

Par ces temps de confinement, le télétravail qui a été une solution pour certaines entreprises et organisations publiques et privées, laisse voir bien des réalités pas toujours heureuses, avec des préoccupations comme les heures de travail, les pauses, les accidents de travail. Plusieurs femmes ont dû associer le télétravail avec les tâches ménagères, la cuisine, les responsabilités vis-à-vis des enfants, les responsabilités d’éducation de e-learning. Une accumulation qui n’a pas manqué de répercussions sur les femmes, vu que le secteur n’est ni réglementé, ni institutionnalisé.

Les injustices faites à la femme, c’est aussi le fonds spécial Covid-19 qui a échoué plutôt dans les mains des hommes. Des hommes qui sont absents dans l’accomplissement des tâches de ménage et prompts à des violences domestiques, verbales ou physiques qu’il est impossible à la femme de porter devant les autorités compétentes.

Les centres d’assistance aux femmes violentées étaient fermés à cause de l’épidémie, tout comme les tribunaux qui ont relégué la majorité des affaires jugées non prioritaires.

En clair, l’absence de partage des tâches, ajoutée au relèvement du niveau d’exigences et d’attentes de la part du conjoint, tout cela a conduit à un climat de tensions et de stress. Ainsi, le confinement a étalé tout le malheur qui est fait à la femme marocaine, conclut Oumayma Achour.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Famille - Femme marocaine - Alerte - Plainte - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : une pétition nationale exige la parité

Des associations marocaines demandent à ce que les femmes occupent des places de choix sur le plan politique, socio-économique, culturel et environnemental. L’initiative émane...

Casablanca : la police arrête un homme qui tabassait sa femme dans la rue

Suite à la publication d’une vidéo par plusieurs sites d’informations, montrant un individu agressant physiquement une femme dans la rue, la Direction générale de la Sûreté...

Un individu égorge sa femme devant ses 3 enfants à Safi (vidéo)

La ville de Safi a été le théâtre d’un horrible homicide conjugal dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 octobre. Un individu a égorgé son épouse devant ses trois enfants,...

Le Maroc 144ᵉ au niveau mondial en matière d’égalité des genres

Le classement 2021 du Global Gender Gab positionne le Maroc au 144ᵉ rang au niveau mondial sur les 156 pays indexés et à la 12ᵉ place dans la région Mena selon le rapport 2021...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.