20 février : des milliers manifestants et quelques incidents

21 février 2011 - 10h22 - Maroc - Ecrit par : L.A

Des milliers de manifestants sont sortis dans les rues dimanche à l’appel du "Mouvement pour le 20 février" pour plus de "démocratie, de justice et une vie dans la dignité". Des marches, organisées un peu partout dans le pays, se sont déroulées dans le calme avec tout de même quelques incidents notés en fin de journée.

A Marrakech, où a eu lieu la majorité de ces violences, des dizaines de personnes s’en seraient prises à des magasins, un McDonalds, un édifice public et une agence de Radeema, distributeur d’eau et d’électricité. Tétouan et Larache ont été la scène d’incidents similaires alors qu’à Al Hoceima, la police a fait usage de gaz lacrymogènes contre des manifestants qui jetaient des pierres contre un commissariat.

A Rabat, la manifestation s’est déroulée dans le calme. Plus de 7000 personnes y ont participé scandant des slogans tels "le peuple veut le changement" et dénonçant la corruption dans le pays. La police, présente, s’est faite très discrète.

D’autres rassemblements ont été notés à Tanger, Casablanca et de nombreuses villes du pays. Toutes se seraient déroulées sans incidents.

Sujets associés : Marrakech - Casablanca - Manifestation - Tanger - Corruption - Rabat - Tétouan - Larache - Al Hoceima - Facebook - Mouvement du 20 février

Ces articles devraient vous intéresser :

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

La police marocaine et Facebook lancent « Alerte-enlèvement »

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) met en place actuellement un nouveau système de protection de la sécurité des citoyens, des résidents et des étrangers. Il s’agit d’un programme innovant et intégré d’alerte et de recherche des...

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Achraf Hakimi fait des promesses aux Marocains

À quelques heures du départ de la sélection nationale du Qatar, l’international marocain Achraf Hakimi s’est adressé aux supporters marocains dont le soutien a été déterminant tout au long de la compétition.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.