Enfants « illégitimes » : l’ADFM fustige la décision de la cour de cassation

29 avril 2021 - 22h20 - Ecrit par : A.S

Un arrêt confirmatif rendu le 17 avril dernier par la cour de cassation marocaine a entériné un jugement en appel en rejetant le droit à la filiation paternelle aux enfants nés hors mariage, un droit reconnu précédemment par une décision du tribunal de Tanger. Un revirement jurisprudentiel dénoncé par l’Association Démocratique des Femmes du Maroc (ADFM) qui y voit une violation flagrante de la Constitution marocaine.

En contredisant une précédente décision rendue en 2017 par le tribunal de première instance de Tanger qui reconnaissait pour la première fois au Maroc, la filiation d’une fille née d’une relation extraconjugale, la cour de cassation, indique l’ADFM, crée ainsi « un préjudice à l’intérêt moral et matériel des enfants dans la mesure où elle est la plus haute instance judiciaire du Maroc censée aboutir à diverses conclusions ».

Cet arrêt constitue un affront à la jurisprudence, pestent les militants de l’association féminine, soulignant que la position de la juridiction est une « interprétation et application rétrogrades de la Moudawana » s’éloignant de loin des tenants et aboutissants de cette loi. Aux yeux de ces militantes, la justice consacre par voie légale, la vulnérabilité de la femme vue comme seule responsable de l’avènement d’un enfant hors mariage. Du point de vue technique du droit, l’ADFM estime que cet arrêt de la Cour de Cassation est un « affront à la jurisprudence, fondée sur la force des preuves factuelles, faite par le Tribunal de première instance de Tanger… ».

Allant plus loin, l’association invite la cour de cassation à se conformer dans ses arrêts au corpus constitutionnel et au référentiel juridique relatif aux droits de l’homme tout en adoptant un langage moderne accessible à tous les justiciables.

De même, l’association appelle le parlement à adopter le projet de loi organique relative à l’exception d’inconstitutionnalité et à réviser en urgence le Code de la famille en vue de l’harmoniser avec la constitution du Royaume et les conventions internationales relatives aux droits humains, aux droits de l’enfant et aux droits humains des femmes. L’ADFM appelle également le législateur à accélérer l’adoption du projet loi organique relative à l’exception d’inconstitutionnalité afin de garantir la non-violation des droits garantis par la Constitution.

Au ministère de la Justice et de l’institut supérieur de la magistrature, l’ADFM souhaite les voir sur le front des programmes de formation des magistrats et magistrates, avec l’intégration des matières sur les conventions internationales relatives aux droits de l’Homme. L’association souhaite également la mise en place des programmes de formation continue au profit des différents corps de la justice en matière de droits de l’Homme en général, de droits de l’enfant et de droits humains des femmes en particulier.

Tags : Droits et Justice - Tanger - Famille - Lois - Enfant - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Rabat : des féministes fustigent le rejet de la filiation d’un enfant « illégitime »

La cour de cassation a rendu lundi, une décision qui invalide la reconnaissance de la paternité d’une fille née hors mariage. Une décision qui n’est pas du goût de certaines...

Maroc : la justice ne reconnaît aucun droit au père d’un enfant adultérin

La Cour de cassation du Maroc a rendu publique la semaine dernière une décision pour refuser aux enfants nés hors mariage, le droit à la filiation, même s’il est prouvé par un test...

A la recherche du meurtrier de sa fille, les tests ADN lui dévoilent une vérité amère

Personne ne s’attendait à une telle tournure de situation dans l’affaire du meurtre d’une jeune fille, retrouvée enterrée, il y a deux mois, dans une forêt à Sebt el Guerdane, à 40...

Nous vous recommandons

L’Espagne justifie l’octroi de l’aide au Maroc

Le parti d’extrême droite Vox demande au gouvernement espagnol de ne pas transférer au Maroc les 30 millions d’euros d’aide, approuvés en conseil des ministres au lendemain de la crise migratoire de Ceuta, et destinés à renforcer les capacités des forces de...

Maroc-Algérie : la situation est « très regrettable » selon la France

L’Ambassadeur de France au Maroc, Hélène Le Gal, a qualifié la situation entre le Maroc et l’Algérie, de « très regrettable ».

Sebta et Melilla : l’interdiction de la contrebande fait grincer des dents

Les nouvelles directives mises en place suite à l’ouverture des postes frontaliers des deux enclaves espagnoles, Sebta et Melilla, ne sont pas du goût des commerçants, surtout ceux spécialisés dans la...

Réaction du Maroc suite à la décision de l’Algérie de rompre ses relations

Le Maroc, via son ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a réagi à la décision de l’Algérie de rompre les relations diplomatiques.

Maroc-Algérie : Moncef Marzouki veut tenter une médiation

« Le dialogue entre le Maroc et l’Algérie est ce dont l’Union du Maghreb arabe a besoin pour éviter toute division et fracture dans la région » a soutenu l’ancien président tunisien Moncef Marzouki.

TGV Casablanca-Agadir : les études déjà achevées

La ligne de train à grande vitesse reliant Casablanca à Agadir coûtera plus de 75 milliards de dirhams, a affirmé le ministre du Transport et de la Logistique.

Les agriculteurs britanniques en quête de saisonniers marocains

Les agriculteurs britanniques sont en quête de saisonniers marocains ou d’autres pays aussi éloignés que les Philippines ou la Mongolie à cause de l’absence des saisonniers ukrainiens. Une absence due à la guerre déclenchée par la Russie en...

France : une Marocaine cherche désespérément sa fille de 13 ans

Fatima, une femme originaire du Maroc et son ancien compagnon, Francis Antolin, sont, depuis plus de quatre mois, sans nouvelles de Maeva, leur fille de 13 ans. Ils commencent à désespérer.

Agadir : deux parlementaires poursuivis pour cambriolage

Deux parlementaires sont poursuivis pour leur implication présumée dans une affaire de vol sur un célèbre homme d’affaires de la ville d’Agadir. C’est le fruit d’une enquête qui aura duré plusieurs mois.

Mohammed VI répond aux « attaques méthodiques » contre le Maroc

Le Roi Mohammed VI a réagi, vendredi aux dernières attaques visant le Maroc « de la part de certains pays et d’organisations notoirement hostiles », qu’il n’a pas cités.