Rabat : des féministes fustigent le rejet de la filiation d’un enfant « illégitime »

21 avril 2021 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

La cour de cassation a rendu lundi, une décision qui invalide la reconnaissance de la paternité d’une fille née hors mariage. Une décision qui n’est pas du goût de certaines féministes qui dénoncent une décision inconstitutionnelle qui n’a pas tenu compte des intérêts de l’enfant, principal concernée dans cette affaire.

Le premier jugement a été rendu en 2017 par le tribunal de première instance de Tanger, sur la base du test d’ADN fourni par la mère. Un jugement « sans précédent » qui établissait la paternité et qui avait été qualifié à l’époque de « révolution juridique ». Le jugement avait été invalidé en appel la même année, avant que la mère ne saisisse la Cour de cassation, qui l’a déboutée en septembre 2020. « Ce n’est pas la première fois qu’une telle décision est actée. A plusieurs reprises, la reconnaissance de la paternité a été rejetée par la justice alors qu’un test ADN prouve le contraire », a regretté lundi Aicha Chenna, militante pour les droits des mères célibataires, rapporte l’AFP.

« La décision de la Cour de cassation est inconstitutionnelle », a estimé pour sa part, Amina Lotfi, militante pour les droits des femmes, car « la Constitution prône l’intérêt suprême des enfants, abstraction faite de leur situation familiale ». Au Maroc, les enfants nés hors mariage sont considérés comme « illégitimes » par la loi. En 2017, le père de l’enfant avait été condamné en première instance à verser à la mère une indemnité de 100 000 dirhams. Mais le fait d’être né hors mariage le prive de tous droits liés à la filiation, comme l’héritage. Sans tenir compte du test ADN, la Cour de cassation s’est basée sur un article du Code de la famille disposant que « la filiation illégitime ne produit aucun des effets de la filiation légitime vis-à-vis du père » et sur l’avis émis il y a 10 siècles par un juriste en droit islamique.

La reconnaissance des enfants nés hors mariages, privés de leurs droits élémentaires vis-à-vis des pères biologiques est un combat que mènent depuis plusieurs années les associations féministes. C’est en 2004 que le Maroc a adopté le Code de la famille portant des réformes majeures pour les droits des femmes mais certaines dispositions du texte suscitent encore les critiques des militantes féministes, surtout en matière de responsabilité parentale envers les enfants nés hors mariage.

Sujets associés : Tanger - Rabat - Procès - Enfant

Aller plus loin

Enfants « illégitimes » : l’ADFM fustige la décision de la cour de cassation

Un arrêt confirmatif rendu le 17 avril dernier par la cour de cassation marocaine a entériné un jugement en appel en rejetant le droit à la filiation paternelle aux enfants nés...

Maroc : en prison pour relations hors mariage

Le procureur du roi près le tribunal de première instance de Youssoufia a placé en détention préventive une femme mariée héroïne d’une vidéo intime devenue virale sur les...

Maroc : la justice ne reconnaît aucun droit au père d’un enfant adultérin

La Cour de cassation du Maroc a rendu publique la semaine dernière une décision pour refuser aux enfants nés hors mariage, le droit à la filiation, même s’il est prouvé par un...

Elections 2021 : la parité, non négociable pour les féministes marocaines

A quelques mois des élections, la coalition « mounassafa daba » (la parité maintenant) s’active pour renforcer la présence des femmes dans les instances élues du Maroc....

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.